À Lyon, les critiques de David Kimelfeld contre LREM ont agacé Macron

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La République en marche est sur le point de choisir Gérard Collomb à Lyon pour les municipales. Son rival, le marcheur David Kimelfeld, a le don d’agacer Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a croisé David Kimelfeld et Gérard Collomb mercredi à la préfecture de Lyon, mais c’est bien avec l'actuel maire de la ville que le président de la République a choisi de s’offrir une petite promenade dans les rues dans la soirée.

Le président est sur place encore jeudi pour la Conférence de reconstitution du fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et en coulisses, il essaye de régler le casse tête lyonnais avec ces deux marcheurs qui visent tous les deux la présidence de la métropole. Le maire Gérard Collomb ne lâche rien. Il a l'avantage d'être un soutien de la première heure d'Emmanuel Macron et c'est lui que la parti est sur le point d'investir avec l'étiquette LREM pour prendre la tête de la métropole lyonnaise.

David Kimelfeld ne lâche rien

Le président sortant, David Kimelfeld ne lâche rien non plus et s’estime légitime pour diriger la métropole. Et il le dit haut et fort : dans une tribune publiée dans le Huffington Post la semaine dernière, il s’est même permis de critiquer le mode de désignation des candidats de LREM. Une démarche "trop verticale", selon lui, "qui ignore souvent les équilibres politiques locaux".

Une critique en règle qui n’a pas plu du tout à Emmanuel Macron, si l'on en croit un haut responsable du parti. David Kimelfeld s'est tiré une balle dans le pied et a récidivé, la semaine dernière, en annonçant sur BFM Lyon qu'il démarrait sa campagne et qu'il serait probablement candidat quoique décide le parti présidentiel. Et d’après nos informations, c’est bien Gérard Collomb qui sera investi d’ici à la fin du mois. Après Paris, c'est donc à Lyon qu'il risque bien d'y avoir un candidat dissident.

Vous êtes à nouveau en ligne