Le brief éco. Un fonds d’investissement américain met le feu au secteur bancaire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les banques ont été attaquées lundi 29 mars sur les marchés financiers. En bourse, d’importantes ventes d’actions ont eu lieu et certains craignent un effet domino, de banque à banque, entre les États-Unis et l’Europe 

Tous les grands établissements financiers internationaux ont été mis sous pression en bourse lundi 29 mars, à des niveaux plus ou moins importants mais la secousse a été sérieuse. Crédit Suisse a chuté de près de 14% à la bourse de Zurich, la banque japonaise Nomura s’est effondrée de 16% à Tokyo. Le repli fut beaucoup plus limité en Europe pour la Deutsche Bank (-3%), Société Générale (-2,3%) ou BNP Paribas (-1,9%).

La cause est à rechercher du côté de la société d'investissement basée à New York, Archegos Capital. Ce fonds américain très opaque gère la fortune personnelle d’un homme d’affaires chinois, Bill Hwang, défavorablement connu du gendarme de la bourse américaine pour de lourdes spéculations après la crise financière de 2012. Vendredi, Archegos Capital a vendu en masse certaines de ses participations dans des groupes chinois comme le géant de l’internet Baidu ou Tencet-Music, l’entreprise de médias américaine CBS, etc. Ces ventes d’actions en bloc ont dépassé vingt milliards de dollars en quelques heures.

Pas de krach boursier à craindre mais des pertes importantes

Le fonds d’investissement américain a eu besoin de beaucoup de liquidités pour combler des pertes sur d’autres investissements. Il a donc vendu pour 20 milliards de dollars de placements gérés par les banques. Cela a provoqué un mouvement de panique, une réaction en chaîne dans le secteur bancaire dont certains établissements ne sont pas au meilleur de leur forme.

Le scénario des banques qui tombent les unes après les autres n'est pas à craindre cependant. Le système n’est pas poreux à ce point. Mais certaines d’entre elles pourraient subir des pertes importantes surtout lorsqu'elles travaillent avec le fonds de l'homme d'affaire chinois. Crédit Suisse vient ainsi d’émettre un avertissement sur ses prochains résultats. Idem pour la japonaise Nomura. L'Europe est moins concernée mais l’inventaire ne fait que commencer.

Vous êtes à nouveau en ligne