Le brief éco. Responsabilité sociale des entreprises : la France dans le top 10 mondial

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une étude établit un classement des pays en fonction de leur respect de la RSE, la responsabilité sociale des entreprises. La France est septième.

La France figure parmi les dix premiers pays les plus ouverts à la responsabilité sociale des entreprises (RSE), la responsabilité sociale des entreprises. C’est ce qui ressort d'une étude publiée lundi 25 septembre.  

Cette étude est une première (lien vers un document PDF). Jamais une évaluation internationale n’avait été réalisée sur le sujet. On la doit aux organisateurs du 11e Forum International pour l’économie responsable qui se tiendra à Lille du 17 au 19 octobre 2017. Tous les ans, ce forum rassemble des entrepreneurs, décideurs politiques et chercheurs du monde entier pour faire le point sur les bonnes pratiques qui existent sur le globe. La planète regorge de bonnes idées. Ces dernières ne sont pas l’apanage des seuls pays industrialisés.    

Derrière les pays du Nord mais devant l'Allemagne

La RSE regroupe l'ensemble des pratiques mises en œuvre par les entreprises afin de respecter les principes de développement durable, les politiques sociales, etc. 195 pays ont été étudiés sur des critères précis. Six indicateurs et 38 variables. Outre l'environnement, la lutte contre les discriminations, le droit du travail, la parité, etc. Ce sont "les pays du Nord" qui excellent : Suède, Finlande, Norvège, Danemark, Islande arrivent en tête. La France est 7e derrière la Suisse, devant l’Allemagne. Les Etats-Unis sont 151e, en retard notamment sur les questions sociales, car Washington n'a pas ratifié les conventions sociales de l'OIT, l'Organisation internationale du travail. Sur le continent américain, le pays le plus respectueux de la RSE est l'Uruguay, surnommé "la Suisse de l'Amérique latine". L'Asie et l'Afrique montent en puissance.  

Ce classement permet de comparer les bonnes pratiques mais aussi de créer une prise de conscience. La comparaison entre pays permet une pression publique sur les dirigeants, et créé une émulation. Un indicateur important a été intégré dans cette enquête : le classement mondial de la liberté de la presse réalisé par Reporters sans frontières. C'est un critère important auquel tenait l’organisateur du forum lillois, Philippe Vasseur, ancien ministre de l'Agriculture, ancien journaliste. Philippe Vasseur est parti du principe qu’un pays qui bride la liberté de la presse freine l’information sur les mauvaises pratiques de certaines entreprises, empêche l'information du consommateur, etc. Rendez-vous à Lille du 17 au 19 octobre pour le Forum mondial de l’économie responsable  

Vous êtes à nouveau en ligne