Le brief éco. Pouvoir d’achat : après le carburant, le timbre va augmenter

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le prix du timbre rouge de La Poste passera à 1,05 euro à partir du 1er janvier 2019.

Le prix du timbre va augmenter en début d'année prochaine. Le programme des réjouissances est déjà connu : 4,7% de hausse en moyenne pour tous les types de timbre, mais l’augmentation sera plus sévère pour le tarif prioritaire, le timbre rouge qui dépassera un euro, une première historique. Le timbre rouge est aujourd’hui à 95 centimes, il passera à 1,05 euro  (une flambée de 10,5%). Idem pour le timbre vert (tarif non prioritaire) : plus 10% à 88 centimes.  

La Poste propose, l’Arcep dispose

La Poste ne peut pas fixer elle-même ses tarifs puisqu’elle assume des missions de service public. Elle a donc un régulateur, l’Arcep, que l’on présente plus souvent comme le gendarme des télécoms. Pour des raisons historiques, l’Arcep est également la tutelle de La Poste. Dans un avis rendu l’année dernière, l’autorité de régulation a adopté une nouvelle règle de comptabilité qui révise à la hausse la charge supportée par La Poste en matière de service universel. Ce qui conduit au relèvement du plafond des tarifs autorisés de 5% par an jusqu’en 2022.  

Le courrier traditionnel dépassé par le mail

La Poste doit compenser la baisse du courrier traditionnel et financer l'innovation. L’activité courrier de La Poste se replie de 6% par an. Sur 2018, on sait déjà que cela représentera une perte de 550 millions d’euros de chiffre d’affaires par rapport à 2017. La faute aux courriers électroniques. À cause de la concurrence des e-mails, le courrier traditionnel ne devrait plus représenter que 20% du chiffre d’affaires total de La Poste dans deux ans. L’établissement explique aussi que, derrière la hausse du prix du timbre, il y a la volonté de maintenir un bon niveau de qualité du service.

Quant aux syndicats, ils font valoir que chaque nouvelle augmentation du prix du timbre relève, selon eux, plus du tour de passe-passe pour gonfler les profits au dépend des usagers. Mais ce n'est pas tant la correspondance des particuliers qui pose le plus problème. Chaque foyer consomme en moyenne une quarantaine d’euros de timbres par an. Ce qui pèse, c'est la dématérialisation des courriers administratifs et professionnels : les impôts sur internet, les factures d'électricité via le web, la télétransmission entre le médecin et les mutuelles, etc. L’affranchissement du courrier professionnel augmentera lui aussi le 1er janvier : +2,5%.    

Vous êtes à nouveau en ligne