Le brief éco. Orange a redressé la barre en 2017 et se sent pousser des ailes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Mercredi, l’opérateur téléphonique Orange a publié ses résultats 2017 et globalement, tous les voyants sont au vert. Cela devrait se poursuivre cette année 2018 marquée par le très probable renouvellement du mandat du président-directeur général, Stéphane Richard.

Mardi 20 février, la confiance a été renouvelée au PDG d'Orange par les membres du conseil d’administration, dont le représentant de l’État qui détient 23% au capital. Mercredi 21 février, l'opérateur présente ses bons résultats pour 2017. Pas d'inquiétude pour le président-directeur général, Stéphane Richard, dont le troisième mandat de quatre ans, devra être validé par l'assemblée générale des actionnaires le 4 mai prochain. Cela devrait être une simple formalité, même si Stéphane Richard reste menacé par une procédure judiciaire dans le cadre de l’affaire Tapie. Il dirigeait le cabinet de la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, à l’époque des faits. 

Première progression depuis 2009 

Le chiffre d’affaires a progressé en France pour la première fois depuis 2009, en hausse de 0,6% à 18 milliards d’euros. La tempête provoquée il y a six ans par l’arrivée de Free et ses prix cassés est finie. Quant au bénéfice (ce qui reste réellement dans les caisses de l’entreprise après paiement des différents frais et charges d’exploitation), il n’atteint pas les deux milliards d’euros. C’est une baisse de 35% par rapport à 2016 mais, cette année-là, Orange avait bénéficié de recettes exceptionnelles tirées de la vente de sa participation dans un opérateur britannique. 

Dossiers et défis 

Parmi les dossiers déjà sur le bureau du président-directeur général, il y a d'abord les grandes opérations de consolidation, c’est-à-dire les rapprochements entre les entreprises du secteur. Sur ce point, Stéphane Richard exclut l'hypothèse de nouvelles discussions sur un mariage avec Bouygues Télécom. Il y a aussi le dossier de la distribution des chaînes de télévision sur son réseau. C'est la guerre notamment avec TF1. Le groupe de télévision a engagé un bras de fer avec Orange pour obtenir une rémunération de la fourniture de ses chaînes en clair. Stéphane Richard se dit optimiste quant à un accord. Le très haut débit est un autre dossier clef. Après la 4G, c'est le déploiement de la 5G qui se profile à l'horizon en 2020. La diversification avec la banque digitale. Orange Bank a déjà séduit 100 000 clients en trois mois. Toutes les rétrofusées sont allumées chez Orange, reste à transformer l’essai.

Vous êtes à nouveau en ligne