Le brief éco. Moral des ménages, la remontada de mai

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Si l’on en croit l’Insee, le moral des ménages est reparti à la hausse au mois de mai. Avril avait été stable après des semaines de morosité en marge de la mobilisation des gilets jaunes. Est-ce assez significatif pour en tirer déjà des conclusions ?

Le moral des ménages est reparti à la hausse au mois de mai d'après l'InseeLe moral des ménages est un élément important qui permet d’évaluer le niveau à venir de la consommation, et donc de la croissance qui est fortement dépendante des achats des Français. Comment est calculé cet indicateur ? L’Institut de la statistique fait tout simplement la différence entre les réponses positives et négatives des personnes interrogées. Résultat des courses : alors que le mois de mai n’est pas terminé, on est déjà à trois points de plus qu’en avril, et douze supplémentaires par rapport à décembre.

Retour de la confiance

Quatre facteurs sont identifiés par l’Insee. D’abord, les craintes des ménages baissent en ce qui concerne l’évolution du chômage. Il est vrai que les salariés de General Electric à Belfort ou ceux de Whirlpool à Amiens, sont dans un autre état d’esprit mercredi 29 mai. Autre point souligné par l’Insee : nous sommes plus nombreux à considérer que notre niveau de vie s’est amélioré ou va s’améliorer. Enfin, en ce qui concerne la situation financière, la proportion des ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants progresse. Optimisme aussi du côté de l’industrie.

Le climat des affaires reste stable

En baisse sur l’ensemble de l’année dernière, la confiance des chefs d’entreprise interrogés a tendance à repartir depuis janvier comme s’il s’agissait de conjurer le sort des mois perturbés par le mouvement des "gilets jaunes". Cette appréciation est surtout vraie dans l’industrie, pas dans le petit commerce. Donc, entre le moral des ménages qui repart en mai, et un retour de la confiance dans l’industrie dont l’activité est au plus haut depuis six mois : oui, l’économie française résiste. C’est d’autant plus important à souligner dans un contexte international très tendu, avec de nombreux risques qui continuent de peser sur la croissance mondiale. Si la confiance revient, c'est déjà une petite victoire. Mais cette confiance, il faut l'entretenir par l'emploi, la sécurité, les salaires et le pouvoir d'achat. À bon entendeur salut.

Vous êtes à nouveau en ligne