Le brief éco. Match aérien de la rentrée : Airbus 1 - Boeing 0

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est toujours l’heure des comptes entre les deux grands concurrents Airbus et Boeing. Avec les chiffres du mois d’août qui viennent d’être publiés, nous avons le bilan des huit premiers mois de l’année. Une nouvelle fois, avantage à Airbus.

Les livraisons constituent un indicateur fiable de rentabilité dans l’aéronautique car les compagnies clientes paient l’intégralité du prix de l’avion au moment elles en prennent possession. Bilan : entre janvier et août 2019, Boeing a accusé un plongeon de près de 43% en volume. Le groupe, implanté à Chicago, a livré 276 appareils contre 480 sur la même période de l’année dernière. L’Américain se retrouve ainsi largement derrière le constructeur européen Airbus qui a livré 500 avions depuis le début de l’année.

La faute au B737Max

Boeing souffre des problèmes de son 737Max, à l’origine de deux récentes catastrophes aériennes qui avaient fait 346 morts en octobre 2018 et mars 2019. La suspension des livraisons des 737Max explique le repli puisque l'appareil représente la majorité du carnet de commandes de Boeing. L’appareil est toujours interdit de vol tant que l’enquête n’a pas livré toutes les explications.

Projets d’achats annulés

En termes de commandes cette fois, Boeing affiche déjà un déficit de 85 appareils sur les huit premiers mois de l’année. Les compagnies aériennes annulent leurs projets d’achat. En face, Airbus est largement dans le vert avec 95 appareils commandés, dont plus de la moitié d’A320Neo, vendu comme écolo-compatible avec un poids inférieur et une consommation moindre en carburant. Personne ne se réjouit du fait que le malheur des uns fasse le bonheur des autres, mais c’est un fait : l’Européen Airbus prend d’ores et déjà une nette avance sur son grand concurrent. Et le retard sera très difficile à rattraper pour Boeing qui compte sur une levée de l’interdiction de vol de son 737Max, si tout va bien, en octobre. Mais l’année en sera déjà à plus de sa moitié. Très compliqué à gérer sur le plan commercial.

Vous êtes à nouveau en ligne