Le brief éco. L’inflation s’enflamme aux États-Unis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En avril, l’inflation aux États-Unis a retrouvé son niveau de 2008, c’est-à-dire juste avant la dernière crise financière internationale. Faut-il s’en inquiéter en Europe ?

Les prix à la consommation s’envolent aux États-UnisC’est à surveiller de très près. On dit généralement que tout ce qui se produit aux États-Unis arrive chez nous quelque temps après par ricochet. Pour l’instant, aucun phénomène du même genre n’est observé en Europe et les causes sont bien identifiées aux États-Unis. En avril dernier l’inflation a atteint en Amérique 4,2 %. À titre de comparaison, en Europe le niveau est de 1,3 %.

L’année dernière à la même époque, la propagation du Covid-19 avait grippé l’appareil productif, faisant chuter la consommation de pétrole et donc les prix. Depuis, la reprise s’amorce, la généralisation du vaccin redonne espoir et les cours du pétrole remontent car les opérateurs se disent que la machine est en train de repartir. C’est la partie émergée de l’iceberg, celle que l’on voit.

L’autre explication se trouve dans le secteur des biens et services, notamment dans l’automobile. La pandémie a éloigné beaucoup de ménages des centre-villes et a fait s’envoler les ventes de voitures d'occasion à un niveau auquel les analystes ne s’attendaient pas. Parallèlement, ces dernières semaines les prix ont augmenté pour les nuits d’hôtel, les billets d’avion, les loisirs, les assurances, l’ameublement, etc.

Poursuite de la hausse des prix ?

La reprise se confirmant, l’inflation va très probablement s’accélérer dans les prochains mois. La vraie question est de savoir si elle va durer ou si elle va finir par se tasser.

Car cela soulève un autre problème : celui des taux d’intérêt. Pour éviter une surchauffe de l’économie, les autorités monétaires vont-elles devoir relever les taux, ce qui rendrait plus cher le remboursement de la dette ? Pour l'instant, la banque centrale américaine, la FED, assure que non. Elle continuera à soutenir l'économie le temps nécessaire.

Vous êtes à nouveau en ligne