Le brief éco. Le commerce sur internet explose en France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le commerce sur internet en France a franchi l’année dernière le cap des 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Un cap historique dont se félicite la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD) 

103 milliards et demi d’euros précisément. Du jamais vu, malgré un fléchissement sur le dernier trimestre 2019. Sur l’ensemble de l’année, cela fait quand même une croissance proche de 12% par rapport à 2018. Et si l’on regarde sur les dix dernières années, les ventes de produits et services sur internet dans l’hexagone ont été multipliées par quatre. Il n’y a aucune raison que cela ne s’arrête en si bon chemin.

Moins bien que nos voisins européens

Le commerce en ligne est moins développé chez nous qu’ailleurs en Europe. Nous avançons bien, mais pas assez vite face à la progression des plateformes et des opérateurs en tous genres. Les ventes de produits ne représentent aujourd’hui en France que 10% en moyenne de l’ensemble du commerce de détail. 90% des ventes se font toujours en magasins. Ailleurs en Europe, au Royaume-Uni par exemple, on est à 20% de ventes de produits sur le net avec un chiffre d’affaires global qui est le double du nôtre, avec 200 milliards d’euros. Au palmarès, nous sommes derrière l’Allemagne et la Grande-Bretagne mais devant l’Espagne et l’Italie.

Le gouvernement entend accompagner le développement du commerce en ligne

Le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, promet le lancement d’ici le mois d’avril d’un label destiné à récompenser les e-commerçants "les plus vertueux", notamment en matière fiscale. Cela sera une manière de recadrer un peu les choses. Il faut savoir qu’aujourd’hui 98% des sociétés présentes sur des places de marché internet en France ne sont pas immatriculées et ne paient pas de TVA.  Comme quoi les questions fiscales sur les activités internet ne concernent pas uniquement les Google et autres Amazon ou Apple.  

Vous êtes à nouveau en ligne