Le brief éco. Le business de Noël n’est pas terminé

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Entre les cadeaux à revendre et les achats des retardataires, le business de Noël va se poursuivre bien au-delà du 25 décembre.

C'est une tradition désormais bien ancrée : dès le jour de Noël, les sites de reventes font un commerce juteux. Un peu plus d'un Français sur quatre juge un cadeau indésirable. Le plus grand nombre se recrute chez les 16-24 ans et chez les femmes. Les 55-65 ans sont généralement à 80% satisfaits de leurs présents. 

Peut-on estimer le montant des reventes ?

Cette revente passe par des sites dédiés, comme PriceMinister, ebay, Leboncoin… L'addition des reventes dans les jours qui suivent Noël s’élève jusqu’à 700 millions d’euros. Au palmarès des cadeaux les plus rejetés figurent les équipements de bricolage, les appareils électroménagers, mais aussi les chaussettes. Il y a aussi les doublons, ces objets reçus en deux exemplaires : 10% des Français étaient concernés l'année dernière.

Les enchères : un véritable business

Ebay, LeBoncoin, PriceMinister, voient leur activité augmenter de 10 à 20% par rapport à un week-end normal. Ces sites ont créé ce qu’ils appellent carrément des "places de marché", comme à la Bourse. Du simple troc, c'est-à-dire l'échange avec d'autres personnes, on est passé maintenant aux enchères. Le cadeau qui ne vous plait pas fera peut-être la joie de quelqu'un d'autre qui n'hésitera pas à mettre le prix pour l'obtenir. Vous le vendrez alors plus cher que le prix d'achat. Dans d'autres cas, pour l'acheteur, cela sera l'occasion de bonnes affaires avec des articles neufs revendus jusqu'à 20 fois moins cher que le prix d'origine. De quoi ringardiser le traditionnel retour des articles en magasins.

De nouvelles habitudes de consommation

Les familles recomposées représentent un marché en expansion et sur lequel misent les grandes enseignes. Selon le spécialiste du jouet, La Grande Récré, 5% des ventes de jouets se font désormais après le 25 décembre avec les familles recomposées qui fêtent Noël en décalé.

Mais loin des chiffres et des nouvelles habitudes de consommation, ayons une pensée pour celles et ceux qui ne peuvent pas s’offrir leur propre Noël, comme ils le souhaiteraient.

Vous êtes à nouveau en ligne