Le brief éco. La plateforme internet Zoom victime de son succès à la Bourse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le site de visioconférence, très utilisé pour les réunions à distance pendant le confinement, a vu son titre reculer nettement, mardi 1er décembre, à Wall Street. Paradoxe pour l’entreprise vedette depuis le premier confinement au mois de mars.

L’action Zoom a perdu 15% en une journée, malgré l'annonce d'un triplement de ses bénéfices entre juillet et septembre. Lors de son introduction en bourse l’année dernière, le titre valait près de 30 euros. Il y a un mois, il approchait les 500 euros. Depuis le début de l’année, l’action a fait un bond de 600%. Comparée à cette envolée, la baisse de l’action enregistrée mardi 1er décembre à Wall Street paraît limitée. Le repli n’est peut-être pas terminé.

Depuis que l’on parle des vaccins présentés comme efficaces contre la Covid-19, les investisseurs se demandent si le temps de la super croissance n’est pas, déjà, terminé pour Zoom. Le site de visioconférence a permis jusqu’à présent à des millions de salariés, étudiants, élèves, amis et familles de se retrouver de manière virtuelle. Le marché doute que 2021 soit aussi favorable que cette année pour le télétravail et les réunions à distance. Zoom doit également faire face à la concurrence grandissante d’autres plateformes, comme Teams du puissant Microsoft, pour ne citer que celle-ci.

Innover pour rebondir

Pour le groupe créé en 2011 par un ingénieur de Cisco, le champion américain des serveurs informatiques, l’innovation se jouera sur la sécurisation et la fiabilité des connections. Sans parler des produits diversifiés : Zoom a annoncé le lancement d’une tablette exclusivement dédiée à la visioconférence avec logiciel intégré, trois caméras et huit micros capables de moduler les bruits ambiants. La vie est parfois cruelle pour les entreprises de nouvelle génération. Zoom doit déjà se réinventer.

Vous êtes à nouveau en ligne