Le brief éco. La France, pilier fiscal de l’OCDE

La France est toujours le pays de l'OCDE dont la fiscalité est la plus lourde. C'est ce qui ressort du dernier rapport de l'Organisation de Coopération et de Développement Economique. Rien de nouveau sous le soleil.

L'Hexagone est resté l'an dernier le pays de l'OCDE (sur 34 membres) où la part des impôts dans le PIB (Produit intérieur brut, la richesse nationale produite chaque année) était la plus élevée.

46% d'impôts par rapport au PIB, contre 34,5% dans l'ensemble des pays de l'OCDE. Aujourd'hui en France, les recettes fiscales proviennent principalement des cotisations de sécurité sociale, l'impôt sur le revenu, l'impôt sur les sociétés et la TVA. Si l’on fait un rapide calcul : l'an dernier, le PIB français s'élevait à 2 300 milliards d'euros. 46% ont donc représenté un peu plus de 1 000 milliards d'euros d'impôts prélevés en France en 2018.

Comparaison n’est pas raison

On trouve la fiscalité la plus faible au Mexique. Elle n'y dépasse pas 16% du PIB. Autre point fort à souligner dans ce rapport : l'an dernier, ce sont les États-Unis qui ont enregistré le recul fiscal le plus important. Les Américains reversent en impôt 24% de la richesse qu'ils produisent. Baisse de 2,5% sur un an rendue possible grâce aux réformes de l'impôt sur les sociétés menée par Donald Trump, au nom de l'"America first", pour aider et soutenir les entreprises américaines. Baisse de l'impôt sur le revenu également pour les ménages américains.

Redistribution

1 000 milliards d'euros de prélèvements en France l'année dernière. Où va l’argent ? D'abord, nous pourrions nous étonner du fait que la pression fiscale augmente depuis deux ans alors que, de l'Elysée à Bercy en passant par Matignon, on ne cesse de dire que les impôts baissent en France. C'est vrai en partie. C'est le jeu des vases communicants : certains impôts ont baissé mais d'autres ont augmenté. Jeu à somme nulle. Après, où va cet argent ? Dans la redistribution. En ce moment, on entend beaucoup parler de "casse sociale". Il faut savoir que nous vivons dans le pays le plus redistributeur avec des politiques destinées à atténuer les inégalités de revenus, à travers notamment les transferts sociaux. En matière de prélèvement fiscal, la France dépasse pour la première fois la Suède et le Danemark qui étaient jusqu'à présent champions en la matière. La France est-elle pour autant plus efficace ? À chacun d'en juger.

Vous êtes à nouveau en ligne