Le brief éco. La Française des Jeux, une privatisation réellement stratégique ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La privatisation de la Française des Jeux sera lancée le 7 novembre prochain. Le ministre de l’Economie l’a annoncé dimanche 13 octobre dans le JDD. Peut-on parler d’une opération véritablement stratégique ?

L’opération sera moins importante que le processus enclenché pour ADP (Aéroport De Paris), ou EDF, qui sont deux autres dossiers autrement plus lourds. Pour ADP, aucune décision ne sera prise avant le résultat du RIP (Référendum d’Initiative Partagée) en cours. Pour EDF, l’opération consistera en une séparation en deux entités distinctes, mais on ne connaît pas encore précisément le calendrier. Avec la FDJ, nous ne sommes pas dans l’industrie lourde ou face à un actif particulièrement stratégique. Il s’agit surtout de récupérer un peu d’argent tout en continuant à contrôler indirectement l’édifice.

Privatisation au sens traditionnel ?

L’Etat, qui contrôle aujourd’hui 72% du capital de la FDJ, va en vendre 50. Il lui restera donc autour de 20% en tant qu’actionnaire minoritaire. Il conservera un droit de regard sur le dossier à travers une autorité de régulation (chargée de suivre les questions d’addiction au jeu). Surtout, l’Etat continuera de percevoir l’intégralité des recettes fiscales et sociales versées par l’entreprise et qui s’élèvent aujourd’hui à 3,5 milliards d’euros, plus à l’avenir si l’entreprise se développe.

Tout bénéfice pour l’Etat français ?

L’objectif clairement affiché par le gouvernement, en privatisant l’ancienne loterie nationale née en 1933, est de récupérer de l’argent pour le placer dans ce que Bercy appelle les investissements d’avenir (un milliard d’euros qui viendront alimenter un fonds de dix milliards à l’innovation). L'Etat prend beaucoup de précautions car brandir le mot privatisation, alors que l’incendie des "gilets jaunes" n’est pas éteint, présente pas mal de risques. Il veut néanmoins convaincre les particuliers de reprendre le chemin de la bourse à des conditions plus avantageuses que l'épargne traditionnelle. Pour les particuliers, il offrira une action pour dix achetées. Une réduction de 2% sur le prix de l’action.  

Vous êtes à nouveau en ligne