Le brief éco. L'été s'annonce bien et les voyagistes se frottent les mains

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les professionnels du voyage ont enregistré cet hiver leur plus forte croissance en plus de dix ans. Les chiffres sont communiqués à la veille des vacances d’été qui ne s’annoncent pas mauvaises non plus.

Même les grèves à la SNCF promises par la CGT et Sud Rail pour les premiers départs, la semaine prochaine, ne semblent pas entamer le moral de celles et ceux qui ont la chance de pouvoir prendre des vacances. Par contre, la saison d’hiver a été perturbée par les multiples grèves à la SNCF et Air France. À ce jour, les tour-opérateurs recensent environ 30 000 clients potentiellement touchés d’une manière ou d’une autre. Quant à l’impact financier, il est difficilement chiffrable car de multiples cas particuliers coexistent : du simple – mais tout de même ennuyeux – décalage de départs, à l’annulation de vols, en passant par les séjours raccourcis ou rallongés de force.

Un hiver réussi

Pour ce qui est de la saison hiver (1er novembre 2017 au 30 avril 2018), les 70 voyagistes français membres du Seto (un des syndicats du secteur) ont fait voyager un million et demi de clients. Cela concerne les forfaits comprenant vols et hébergements, soit un bond de 6% sur un an. Du jamais vu depuis les années 2004 / 2005. En ajoutant uniquement les vols, sans hébergements, le volume d’affaires généré cet hiver a approché deux milliards d’euros (en hausse de près de 5% sur un an. Outre les montagnes françaises qui ont drainé une clientèle en hausse (+5%), ont tiré le marché : les destinations moyen-courrier (+10%) avec, au Top 10 des destinations : l’Espagne, première devant le Maroc, la Tunisie est cinquième. C’est un clair repositionnement de la Tunisie et de l’Egypte qui, ces dernières années, ont souffert des violentes manifestations de ce que l’on a appelé le Printemps arabe.  

Bon augure pour la saison d’été qui arrive  

Les voyagistes envisagent un cru excellent, voire exceptionnel, selon leurs propres termes. Mais une fois passée la Coupe du monde de football. En effet, 22% des personnes interrogées par Easyvoyage jugent qu’il est hors de question de partir en vacances pendant le Mondial. Les professionnels sont vraiment optimistes en ce qui concerne les réservations, même si un ralentissement a été constaté au mois de mai en raison des grèves et de la menace qu’elles laissaient planer sur les congés d’été (-1,5%).

Cet été, les destinations prisées devraient être l‘Afrique du Nord et le Moyen-Orient (+110% de réservations vers la Tunisie par rapport à 2017, +145% vers l’Egypte). Les pays tendus sur le plan géopolitique et victimes du terrorisme ne découragent pas les voyageurs. Preuve que les groupes terroristes et fondamentalistes ne parviennent pas à l’un de leurs objectifs qui est de casser l’activité économique. Une fois passés les moments de sidération qui suivent les attentats, la vie reprend son cours, et l’activité touristique avec.  

Vous êtes à nouveau en ligne