Le brief éco. Il est urgent d’harmoniser les cotisations sociales des entrepreneurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les entrepreneurs ne peuvent bénéficier d'indemnités Pôle emploi jusqu'à présent. Un sujet absent des débats de l'élection présidentielle.

Bénéficier des indemnités Pôle emploi est aujourd’hui exclu pour les entrepreneurs. Cela freine les créateurs d’entreprise et ne favorise pas la prise de risque. Ce sujet est pourtant pratiquement absent de la campagne pour la présidentielle. C’est une question soulevée par un lecteur du supplément éco du Parisien / Aujourd’hui en France, lundi 27 février, à travers l’opération #MoiEntrereneur à laquelle s’associe franceinfo jusqu’à l’élection présidentielle. Tous les lundis, des responsables d’entreprises présentent leur problématique pour interpeller les candidats dans l’espoir d’une réponse.

Gros plan sur François-Xavier Trancart, 27 ans. Il a créé avec un associé, à la sortie de leurs études, une start-up (Artsper, aujourd’hui leader européen de la vente en ligne d’art contemporain). Tous deux travaillent beaucoup et si leur aventure s’arrête, du jour au lendemain, pas droit aux indemnités chômage, avec toutes les conséquences que l'on peut imaginer.

Aucun dispositif pour les entrepreneurs

Le sujet monte, à l’heure de l’apparition de nouvelles formes de travail. Il est urgent de faire évoluer le modèle social français. Si le salarié est protégé, l’indépendant ou le créateur d’entreprise ne peut pas accéder à Pôle Emploi. Il doit se couvrir en ayant recours à une assurance privée.

Et plein d'autres questions se posent : quel que soit le revenu qu’il s’accorde – quand il le peut –  il doit toujours verser un peu plus de 45% de charges. Idem pour les indemnités maladie trop limitées. Le petit patron n’a pas le droit d’être malade. Sans parler du RSI (Régime social des Indépendants), la Sécurité sociale des indépendants, usine à gaz très décriée.

La France à la traîne

Certains candidats à la présidentielle l'intègrent dans leur programme. François Fillon veut développer le travail indépendant mais l’assurance sociale doit suivre. Emmanuel Macron propose que l’assurance-chômage soit réorganisée pour bénéficier à des catégories beaucoup plus larges que les seuls salariés. Mais entre les programmes, les promesses, et la réalité, rien n’est toujours réglé. Pour les principaux intéressés c’est le miroir aux alouettes. La France est à la traîne par rapport à certains de ses partenaires européens.

Il n’y a qu’à voir les mouvements qui se forment entre les Pigeons, les Tondus ou Les Citrons. Toutes ces associations d’entrepreneurs qui en ont assez de prendre trop de risque sans retour immédiat ni reconnaissance de la part des pouvoir publics. La question soulevée par notre jeune chef d'entreprise est donc plus que justifiée.

#MoiEntrepreneur (Le Parisien/Aujourd’hui en France en partenariat avec franceinfo) : entrepreneurs, témoignez et posez vos questions aux candidats à l’élection présidentielle. 

Vous êtes à nouveau en ligne