Le brief éco. Hermès, le comble du luxe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La marque de luxe Hermès prévoit de construire de nouvelles maroquineries en France, avec des emplois à la clé.

Le secteur du luxe se porte bien. Mais quand les investissements se traduisent pas des embauches, c'est encore mieux. La marque Hermès annonce la construction de nouvelles maroquineries en France et les emplois qui vont avec.

Deux nouveaux ateliers verront le jour en France à l’horizon 2020. Un premier à Saint-Vincent-de-Paul (Gironde), le second à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) où Hermès est déjà présent depuis une vingtaine d’années. Ces deux sites vont permettre la création de 500 emplois au total, des postes de selliers-maroquiniers si précieux pour la célèbre enseigne de luxe, connue notamment pour ses scelles de cheval ou les traditionnels sacs qu'affectionnait l'actrice Grace Kelly.

Les reins solides

Avec LVMH, Hermès est aujourd'hui l’une des valorisations les plus élevées du secteur, avec une rentabilité plus que confortable. Sur l’exercice 2016, le groupe a dépassé pour la première fois le milliard d’euros de bénéfice net. Sa trésorerie disponible navigue aujourd’hui autour de 2,5 milliards d’euros, ce qui lui permettrait de faire ce que l’on appelle de la croissance externe : acheter d’autres entreprises de sa gamme pour grossir. Mais ce n’est pas dans la culture maison. Le groupe préfère travailler ses propres produits, valoriser l’existant plutôt que de papillonner.

Porté par le luxe dans son ensemble

Il y a une tradition française spécifique, à la fois reconnue et recherchée, qui remonte à la culture et au raffinement médiéval. Partout dans le monde, la clientèle préfère acheter cher un produit estampillé France, produit en Europe, car elle le sait de qualité. Le marché fait le reste : le secteur profite du rebond de la demande chinoise depuis le second semestre 2016, d’un regain d’intérêt des classes moyennes supérieures, et puis des nouvelles générations : les millennials (17 à 37 ans), expliquent plus de 80 % de la croissance du secteur, selon les dernières données du cabinet Bain&Cie.

Les jeunes achètent des articles de luxe

C'est une partie de la clientèle qui monte notamment dans les pays émergents. Le marché des produits personnels de luxe (maroquinerie, horlogerie, bagagerie, parfums) devrait représenter cette année la valeur record de 260 milliards d’euros. Hermès en profite. Le groupe emploie aujourd’hui plus de 12 000 personnes dans le monde et compte quelque 310 magasins exclusifs à travers la planète. Il recrute au rythme de 250 artisans chaque année.