Le brief éco. Crise pétrolière : une aubaine pour le pétrole de schiste américain ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Donald Trump se frotte-t-il les mains au sujet des attaques contre les installations pétrolières en Arabie saoudite ? N'oublions pas que les Etats-Unis produisent eux-aussi du pétrole.

Les attaques contre les installations pétrolières en Arabie saoudite pourraient-elles finalement arranger Donald Trump ?  La question se pose alors que les Etats-Unis produisent eux-aussi du pétrole.

Les Etats-Unis sont devenus les premiers producteurs de pétrole au monde, devant les Saoudiens et les Russes. La production américaine tourne aux alentours de 12 millions de barils par jour, devant la Russie (entre 11 et 12 millions de barils/jour) et l’Arabie saoudite (un peu plus de 10 millions barils/jour). Cela grâce au pétrole de schiste qui est extrait essentiellement de la région de l’ouest du Texas au sud-est du Nouveau-Mexique, un terrain de jeu de 200 000 km2, environ le tiers de la France.

Ecouler le pétrole américain sur le marché mondial ?

La situation est complexe. Les Etats-Unis exportent déjà plus de brut qu’ils n’en n’importent. Selon l’économiste Patrice Geoffron, qui dirige le Centre de Géopolitique de l’Energie et des Matières Premières, Donald Trump a finalement assez peu de prise sur la production et, à court terme, il ne peut que mobiliser les stocks stratégiques pour éviter une flambée des prix. Si l’Arabie saoudite tombe en réelle incapacité de production de manière durable, les prix vont flamber – ce qui est déjà le cas. Et les autres pays en capacité vont devoir augmenter leur production mais à des coûts moindres et plus rentables.

La hausse des prix n’arrange personne

La hausse des prix du brut n’arrange pas Donald Trump qui est en pleine période électorale. Ses électeurs n’apprécieraient pas, et les américains se demanderaient à quoi bon multiplier les points de forage si cela aboutit à une essence plus chère pour eux. L'America First a ses limites. Et c’est sans compter avec les autres éléments géopolitiques : si le pétrole saoudien venait à manquer de manière inquiétante, l’embargo américain contre l’Iran, et l’hostilité de Washington vis-à-vis du Venezuela, ne tiendraient plus car ils ne feraient que renforcer les effets de la crise actuelle. Donc, Trump sauveur du monde avec son pétrole de schiste ? Assurément non. Et la situation pétrolière actuelle pourrait même ramener le président américain au principe de réalité, ne serait-ce que pour les questions internes aux Etats-Unis à la veille de l’élection présidentielle.

Vous êtes à nouveau en ligne