Le brief éco. CICE, bilan d’une mesure phare du quinquennat Hollande

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Critiqué depuis sa création, le CICE commence à émerger. Le Crédit impôt compétitivité emploi restera comme l’un des points marquants du mandat de François Hollande.

Le Crédit impôt compétitivité emploi restera comme l’un des points marquants du quinquennat de François Hollande. Très critiqué dès sa création, le CICE commence à peine à porter ses fruits. L’idée a germé dans l’esprit d’un grand commis de l’Etat.  Ancien patron de la SNCF et d’Airbus, aujourd’hui président  du conseil de surveillance de PSA, Louis Gallois.

>> Qui sont les bénéficiaires du CICE ? 

Souvenez-vous du  "choc de compétitivité". Le concept avait été évoqué pour la première fois par Louis Gallois aux Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence, en juillet 2012, quelques semaines après l’élection de François Hollande. C’est dire si le sujet a traversé le mandat du président sortant. Le CICE (40 milliards d’euros de baisses de charges pour favoriser l’emploi ) est donc né dans la chaleur de l’été aixois avant que ses détracteurs ne le qualifient rapidement de cadeau fait aux entreprises.

"Cadeau" ou véritable outil efficace ?

Dans CICE il a le  "C" de Compétitivité, et le  "E" d’emploi.  Le diagnostic de Louis Gallois était le bon : la France rencontre des problèmes de compétitivité sur les coûts de production et sa part dans les exportations de la zone euro ne cesse de baisser. Redonnons donc une dynamique aux entreprises pour investir et créer de l’emploi. Mais le remède restera très critiqué. Une baisse de charge massive, en réalité un crédit d’impôt sur la masse salariale de 4 % en 2013 puis 6 % ensuite en ciblant les salaires jusqu’à 2,5 fois le Smic.

Bilan controversé

Le bilan du CICE divise les économistes et le juge de paix s’appelle France Stratégie, l’ancien commissariat général au Plan, organisme étatique que l’on ne peut pas accuser de pencher vers l’ultralibéralisme. France Stratégie s’est posé la question en septembre 2016 : CICE efficace ou pas ? Réponse : "Entre 2013 et 2014, le CICE n’a pas eu d’impact massif sur l’emploi. Son effet sur les salaires a été limité". Effet concret estimé sur ces deux années : entre 50 000 et 100 000 emplois créés ou sauvegardés.

Un coup pour rien ? Non, car les entreprises reconnaissent aujourd’hui un certain effet CICE. Concrètement, entre 2014 et 2016, les marges des entreprises se sont regonflées de sept milliards d’euros. Sur ces sept milliards d’euros, un milliard est venu de la baisse des remboursements d’emprunts grâce aux taux d’intérêt très bas ; trois milliards ont été tirés de la baisse des prix du pétrole et quatre milliards directement du CICE.

Transformer l’essai

Plus que transformer l’essai, c’est le CICE qu’il faudrait transformer en baisse de charges franche et immédiate. Ce que proposent d’ailleurs plusieurs candidats à l’élection présidentielle. Une baisse immédiate de charges pour ne pas faire lambiner les entreprises sur plusieurs années avec des systèmes rétroactifs compliqués, comme c’est le cas avec le dispositif tel qu’il a été conçu. Le CICE est l’illustration parfaite de la politique consensuelle menée par François Hollande pendant son quinquennat. Trop de consensus et pas assez de politique ferme pour répondre à un contexte économique en mal de réformes.

Le président de la République a entendu le message des patrons, mais pour donner des gages à sa propre gauche, il a posé ses conditions aux chefs d’entreprise. Résultat : une majorité à dos et, surtout, un CICE complexe, inefficace à court terme alors qu’une baisse immédiate de charges aurait eu des résultats directs sur l’activité. Le CICE commence à porter ses fruits, mais trop tard pour que son inventeur puisse profiter de la récolte et que les français en apprécient les maigres vertus.

>> Sept Français sur 10 estiment que François Hollande a été un mauvais président 

Vous êtes à nouveau en ligne