Le brief éco. Caricatures de Mahomet : la diplomatie économique française mise à mal

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les appels au boycott des produits français se multiplient dans plusieurs pays du Moyen-Orient. La décision de la France de ne pas renoncer aux caricatures de Mahomet entraîne une vague de protestation dans le monde musulman. Les enseignes françaises en font les frais.

Le mouvement est très vite monté à partir de vendredi 23 octobre. La Turquie, l’Iran, la Jordanie et le Koweit ont dénoncé les caricatures et la persistance de la France à les défendre au nom de la liberté d’expression. Au Qatar, les chaînes de distribution parmi les plus populaires comme Al-Meera ont commencé à retirer les produits français et le mouvement ne fait visiblement que commencer. Tous types de produits sont touchés, en priorité l’agroalimentaire. Les fromages Kiri et Babybel, les marques Lactalis et celles du groupe Danone sont retirées par les centrales d'achat. Au Koweit, plus de 400 agences de voyages ont suspendu les réservations des vols vers la France.

Que représentent ces pays dans nos exportations ?

Selon les douanes, les Proche et Moyen-Orient, avec l'Afrique, représentent jusqu’à 6% de nos exportations agro-alimentaires (environ 3 milliards d’euros uniquement de produits transformés).

Selon les chiffres de l'ANIA (industrie agro-alimentaire), la France exporte chaque année, tous produits industriels confondus, 11,5 vers le Proche-Moyen Orient, dont 1,3 milliards d'euros de produits alimentaires. Sans compter avec l'activité de grandes enseignes comme Carrefour, bien implantées dans ces régions. Les pays du Golfe, notamment le Qatar, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont des marchés de plus en plus importants pour les exportations de l’industrie agroalimentaire française. Deux facteurs jouent particulièrement : la forte croissance démographique de ces régions et le développement des activités touristiques.

Diplomatie économique

Dimanche 25 octobre, la France a officiellement appelé les gouvernements des pays concernés à faire cesser les appels au boycott. Le président de la République Emmanuel Macron lui-même l'a fait par l'intermédiaire d’un tweet en arabe et en anglais.

C’est un pan important de la diplomatie française qui ici est attaqué. Le commerce extérieur de la France est directement rattaché au Quai d'Orsay, le ministère des Affaires étrangères. Tout cela est très politique. Paris défend et promeut depuis plusieurs années ce qu’elle appelle la "diplomatie économique" selon le principe : pas de bon commerce sans bonnes relations internationales. Un concept aujourd’hui mis à rude épreuve avec certains pays musulmans et que la France va devoir sauver si elle ne veut pas voir sa position fragilisée sur la scène internationale.

Vous êtes à nouveau en ligne