Le brief éco. Baisse de la rémunération du Livret A : Bruno Le Maire et la "diversification des placements"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La rémunération du produit d'épragne préféré des Français va passer de 0,75 à 0,50%

Détenir un Livret A rapportera moins à partir du 1er février. Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, l’annonce dans un entretien au journal Le Parisien : la rémunération de ce livret d’épargne populaire va passer de 0,75 à 0,50%. Une première historique.

Bruno Le Maire est un grand amoureux de l’Histoire de France et, cette fois, en plus des livres qu’il écrit sur le sujet, notre ministre va pouvoir se vanter de faire se retourner Louis XVIII dans sa tombe. C’est en effet le roi de France et de Navarre qui créé le Livret A en 1818 pour régler en partie les dettes des guerres napoléoniennes. Jamais, depuis sa création, le Livret A n’a été rémunéré en dessous de 0,75% (on est monté jusqu’à 8,5% au début des années 1980). Il était de coutume de dire que le premier gouvernement qui s’attaquerait à ce taux de rémunération prendrait un risque politique fort… nous y sommes.

Le taux pourrait être encore plus bas

Le calcul du taux du Livret A est devenu un vrai casse-tête pour le gouverneur de la Banque de France, à qui revient la responsabilité de faire ses recommandations au gouvernement. Le gouverneur de la banque centrale propose, le gouvernement dispose. Le mode de calcul de la rémunération du Livret A est très technique. Il a évolué au cours des dernières décennies. Il tient compte à la fois du niveau général des taux d’intérêts et de l’inflation.

Si cette méthode était appliquée à la lettre, vu le contexte économique actuel, le Livret A serait rémunéré à 0,23%. La catastrophe pour les petits épargnants, et de sérieux problèmes de financement du logement social puisque : financer la construction de HLM (habitations à loyer modéré) est l’un des objectifs des sommes placées sur le Livret A. D’où la décision du gouvernement de garantir un minimum de 0,50%.

La retraite par capitalisation en toile de fond

Dans son entretien au quotidien Le Parisien, Bruno Le Maire avance qu'il aurait été "irresponsable et incohérent" de maintenir le taux à 0,75% : " Incohérent par rapport à notre politique de diversification des placements. Et irresponsable pour les milliers de Français qui attendent un logement social."

Diversification : tout est dans ce mot. Nous sommes aujourd’hui 67 millions de Français et 55 millions à détenir un Livret A, pour quelque 350 milliards d’euros. "Diversifier" les placements, c’est orienter cette épargne vers l’investissement des entreprises qui créent de l’emploi. Mais c’est aussi, pourquoi pas, capitaliser pour sa retraite. Cela nous rappelle un débat : la retraite par capitalisation. Les Français épargnent aujourd’hui 15% de leurs revenus (5 000 milliards d’euros, assurance-vie comprise). Pourquoi ne consacreraient-ils pas une partie de cet argent à autre chose que l’épargne "pépère" et rassurante qu’est, pour ne citer que lui, le Livret A ?

Vous êtes à nouveau en ligne