Le brief éco. Arrêts de travail immédiats pour cause de Covid-19 : vers un absentéisme incontrôlé ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Toute personne qui présente les symptômes de Covid-19, ou qui est cas contact, peut s’inscrire directement sur le site de l’assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail immédiat et indemnisé. Cette mesure annoncée par le Premier ministre Jean Castex en fin de semaine dernière fait craindre des abus.

Toute personne qui présente les symptômes de Covid-19, ou qui est cas contact, peut s’inscrire directement sur le site de l’assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail immédiat et indemnisé. Cette mesure annoncée par le Premier ministre Jean Castex en fin de semaine dernière fait craindre des abus. La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a été la première à réagir. Selon l'organisation, cette mesure est de nature à entraîner une forte augmentation des arrêts maladies avec pour conséquence un absentéisme incontrôlé. Une réelle crainte pour les PME qui ont des capacités d'organisation beaucoup plus limitées que les grands groupes.

Les petits patrons estiment que la mesure annoncée par le Premier ministre revient à consacrer le caractère automatique de l'arrêt de travail en cas de moindre symptôme supposé, sans aucun contrôle médical ni test préalable, soit une source de possibles abus.

Une demande d'encadrement

Il ne s'agit pas de contester aux salariés le droit d'être malade ni de bénéficier des arrêts maladie justifiés, mais la CPME demande au gouvernement de mettre en place un encadrement qui permettre d'éviter les dérives possibles. D'autant que la procédure annoncée par Jean Castex prévoit d'obtenir un arrêt de travail immédiat sans jour de carence (la période pendant laquelle le salarié arrêté n'est pas indemnisé par la Sécurité sociale).

Face aux inquiétudes des petits patrons, les services du Premier ministre précisent que toute personne présentant les symptômes du Covid-19 ou étant cas contact aura l'obligation de faire un test pour prolonger l'arrêt de travail immédiat. En cas de test positif, l'arrêt maladie se poursuivra mais en cas de test négatif, il sera immédiatement interrompu. Quant à l'Assurance maladie, elle devra suivre le salarié concerné avec deux ou trois appels téléphoniques sur sept jours. Une stricte discipline nécessaire face à l'évolution de la pandémie, selon Matignon, mais qui risque d'être considérée comme une nouvelle lourde machine administrative.

Vous êtes à nouveau en ligne