Le brief éco. À froid exceptionnel, mesures électriques exceptionnelles pour ménages et entreprises

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est une semaine à haut risque qui s’annonce sur le plan énergétique en France. La vague de froid traverse le pays et EDF prévient : des mesures exceptionnelles pourraient être prises dès mardi 17 janvier.

L’objectif est d’éviter le black-out, la panne générale d’électricité dûe à une trop grande consommation. Avec des températures inférieures de 5 à 8 degrés sous les normales de saison, les techniciens d’EDF s’attendent à ce que le pic de consommation de l’hiver 2012 soit de nouveau atteint.

Un hiver normal, la France consomme environ 90 000 mégawatts. En 2012 on a poussé jusqu’à 102 000 mégawatts. Pour l’instant, aucune coupure d’électricité n’est programmée. On reste dans le préventif, l’anticipation, donc pas de panique.

Reste l’ultime solution d’importer de l’électricité de chez nos voisins, allemands entre autres, mais nos infrastructures ne permettent pas d’importer plus de 12 000 mégawatts. Ces derniers jours, on était à 7 000 mégawatts d’import, ce qui coûte cher à EDF dans une période budgétaire déjà compliquée.  Les prix en temps réels peuvent passer très rapidement de 80 euros le mégawatts à 300 euros.

Entreprises et particuliers seraient mis à contribution

La riposte au grand froid passe notamment par la possibilité d’interrompre l’alimentation d’une vingtaine de sites industriels (des sites qui ont une certaine autonomie de fonctionnement). L’opérateur peut également baisser de 5% la tension sur les réseaux de distribution. Le cas ultime étant ce que l’on appelle les délestages ciblés, c’est à dire des coupures pendant un certain lapse de temps dans certaines zones.

Quant aux particuliers, il leur est demandé cette semaine d’éteindre toute lumière inutile (ce qui doit déjà être fait en temps normal). Idem avec le matériel électrique laissé sous tension. Mieux vaut débrancher. Les appareils en veille consomment et les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Le niveau de disponibilité du parc d’EDF est problématique

Outre la possibilité d’importer de l’électricité, EDF annonce un taux de disponibilité de 90%, ce qui est le taux normal à cette période de l’année. Quelques centrales nucléaires sont en maintenance (cinq réacteurs sur 58 sont inopérants). Vendredi, l’Autorité de sûreté nucléaire a autorisé la réouverture de plusieurs centrales qui avaient été placées sous contrôle après des anomalies découvertes sur certaines cuves.

Sur le fond, cet épisode remet d’actualité la question de notre politique énergétique. Les partisans du nucléaire ne manqueront pas de souligner son importance en cette période où l’éolien et le solaire ne peuvent servir de substitution intégrale au "mix énergétique" en vigueur aujourd’hui en France.

Vous êtes à nouveau en ligne