Emploi : 35 patrons s’engagent à proposer 100 000 offres d'ici la fin janvier

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les entreprises peuvent-elles créer des emplois dans le contexte actuel ? La question est posée après une tribune publiée dans le "JDD" par une trentaine de chefs d’entreprises. L’objectif est de proposer 100 000 offres d’emplois d’ici la fin janvier. 

C’est une tribune publiée dans le Journal du dimanche rédigée sur un ton volontariste, ce qui est plutôt de bon augure par les temps qui courent. Sur le fond, à l’heure de la relance de l’économie assommée par le Covid-19, ces patrons appellent à une mobilisation collective pour la jeunesse qui paie un lourd tribut à la crise. Les 35 dirigeants des secteurs de la distribution (Carrefour, Boulanger, Système U), de l’énergie (Total, Engie), de la banque (BNP, Crédit Agricole, Société Générale), des services (La Poste, Adecco), entendent s’appuyer sur le plan "Un jeune, une solution" lancé l’été dernier par le gouvernement.

Des offres en CDI ou en alternance

Le site internet mis en place par le gouvernement propose déjà 50 000 offres d’emplois. Mille entreprises sont impliquées. Le but du jeu est donc de doubler la mise d’ici la fin janvier, ce qui est tout à fait possible lorsque l’on regarde la dynamique de ces derniers mois. Certes, beaucoup de jeunes ont des difficultés à trouver des stages d’apprentissage ; les PME attendent d’y voir plus clair pour recruter, etc. Mais l’ambition affichée dans cette tribune est celle de dirigeants d’entreprises d’une taille suffisamment importante pour prendre le relai. Exemple avec l'engagement pris récemment par le patron de Carrefour, Alexandre Bompard : l’embauche de 15 000 jeunes cette année en CDI ou en alternance. L’alternance dont on sait que c’est un vrai moyen de mettre le pied à l’étrier pour beaucoup de jeunes aujourd’hui.

Le BTP, la construction, la santé, les services à domicile, la programmation informatique, le conseil… Des secteurs qui pourront bénéficier des aides en faveur de l'emploi des jeunes dont la ministre du Travail Elisabeth Borne vient d'annoncer la prolongation au-delà du 31 janvier. Rendez-vous à la fin du mois pour un bilan.

Vous êtes à nouveau en ligne