Quand le vortex polaire se réchauffe, il peut faire très froid

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le froid arrive. Météo France annonce de la neige et des températures négatives pour la semaine prochaine. Mais ce n'est qu'un début, les météorologues scrutent de près ce que fait notre vortex polaire pour voir s'il ne rendra pas notre hiver encore plus glacial.  

Le vortex polaire est un courant d’air froid qui circule au-dessus du pôle Nord pendant les mois d’hiver. Il se situe dans la stratosphère à environ 30 km au-dessus de nos têtes. Début janvier, les météorologues ont repéré qu’il s’était brutalement réchauffé. En quelques jours, l’air est passé de -70° à -20°.

Ce réchauffement soudain est un phénomène connu des scientifiques. Il est lié à un phénomène complexe de circulation d'ondes océaniques et atmosphériques. Mais celui qui vient de se produire, avec + 50° d'un coup, est classé comme un réchauffement majeur. 

Un réchauffement soudain qui provoque un froid glacial

En fait, notre vortex polaire se trouve au-dessus d'un autre courant d’air plus doux : le jet stream, situé lui dans la troposphère et qui influence beaucoup plus notre météo. Habituellement, les deux courants tournent dans le même sens, d’ouest en est. Mais lorsque le vortex se réchauffe soudainement, cette valse de deux est perturbée par des vents violents. Le vortex polaire se délite, voire se déchire au lieu de rester bien en place au dessus du pôle Nord. Des poches d’air très froides peuvent ainsi descendre jusqu’à nos latitudes, surtout sur la Sibérie et l'Europe du Nord. Mais comme la France est une zone tampon, elle peut se retrouver aussi concernée, comme cela s'est déjà passé en 2012.
 

La perturbation hivernale attendue pour ce week-end et la semaine prochaine reste dans les phénomènes classiques, même si on est un peu en-dessous des normales de saison. L'influence du vortex polaire : des courants d'air vraiment froid avec des températures en-dessous de moins 10 degrés. En 2012, la Scandinavie avait même enregistré un –39°C au centre de la Finlande. Mais les météorologistes restent sur le qui-vive pour voir comment se comporte le vortex et le jet stream. Ils s’attendent à ce que l’on ressente des conséquences jusqu’en février.

Richard Hall, chercheur en dynamique du climat à l’université de Bristol, a étudié 40 de ces phénomènes de perturbation soudaine du vortex polaire ces 60 dernières années. Et il nous rappelle que même si nous sommes dans un contexte de réchauffement climatique, il ne faut pas croire que le froid de canard en hiver est terminé.
 
 

Vous êtes à nouveau en ligne