Le billet vert. Un appel au recyclage des smartphones

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Près de huit téléphones sur dix devenus obsolètes sont gardés plutôt que d'être recyclés.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C’est un trésor de guerre sur lequel les recycleurs aimeraient bien mettre la main. En France entre 50 et 100 millions de téléphones inutilisés dorment dans les tiroirs. L’éco-organisme qui est censé gérer ce type de déchets lance une campagne cet été pour en collecter le maximum. Parce que le téléphone est un objet incroyablement compliqué à récupérer.

C’est l’histoire d’un objet savonnette, qui échappe en grande partie à la filière du recyclage : presque huit téléphones sur dix finissent dans un tiroir à la maison. Ils servent de roue de secours en cas de défaillance du nouveau smartphone. C’est aussi un geste de protection par crainte d’une exploitation des données en cas de récupération. Et puis ça ne prend pas de place. Aujourd’hui la France est assise sur une montagne de téléphones. D’après l’un des deux éco-organismes qui structurent la filière, nous en achetons un tous les trois ans. Mais il n’y en a que 200 000 chaque année qui terminent dans les points de collecte officiels du recyclage ou au reconditionnement.

Les collectes diffiles à organiser

Le téléphone est un objet singulier qu’il est très difficile de collecter. Ecosysteme s’y casse les dents depuis deux ans. L’organisme a essayé les collectes solidaires et les bacs de recyclage. Mais les appareils étaient volés, les bacs vandalisés. La collecte reste pour l’instant résiduelle. C’est aussi compliqué pour Ecologic. Le 2e acteur officiel de la collecte teste en ce moment un système de porte-à-porte social dans deux arrondissements de Paris. D’où cette opération pour réussir la transition écologique du téléphone. C’est assez simple. Vous pouvez gratuitement envoyer votre téléphone par la poste grâce à une étiquette à imprimer. 35 villes étapes du tour de France son partenaires. L’idée c’est de pousser à la réparation. Ça rentre dans les esprits depuis un peu moins d’une dizaine d’années. Et depuis quatre ou cinq ans pour les téléphones.

Ces téléphones une fois récupérés atterrissent entre les mains d’Emmaüs. C’est le volet social de l’histoire. Les ateliers du Bocage au Sud de Cholet reconditionnent 10% des appareils pour les revendre. Les autres vont au Havre. Ils sont dépollués et recyclés. 15 matières sont récupérées, parmi lesquelles des métaux précieux.

    

Vous êtes à nouveau en ligne