Le billet vert. Pollution dans le ciel : une idée pas très lumineuse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après la Terre, est-ce l'espace qui va subir la pollution lumineuse ?

Cette semaine, des centaines d’astrophysiciens ont signé une pétition contre le projet d’Elon Musk patron de Space X qui veut lancer des milliers de satellites provoquant ainsi une pollution lumineuse du ciel.  

Des milliers des satellites en orbite

  Avec son projet Strarlink, Elon Musk prévoit le lancement de près de 40 000 mini-satellites pour offrir au monde entier l’internet à haut débit. Mais cette armada risque de perturber les observations astronomiques, d’où la colère des astrophysiciens, qui demandent aux gouvernements et institutions internationales d’intervenir, pour contrôler et réguler ce qu’ils appellent la course au "Far West spatial". L’astronomie est un des moyens d’approfondir la connaissance de la planète Terre, sa naissance, et son avenir. "Lors de mon troisième vol spatial dédié à la réparation du télescope spatial Hubble, dans la nuit totale, j’ai eu le droit au plus beau cours d’astronomie de ma vie, parce que certains de mes collègues astronautes étaient aussi astrophysiciens. Pour ceux qui sont sur terre, qui observent le ciel avec des lunettes astronomiques, des télescopes, comme moi d’ailleurs, nous sommes perturbés par des satellites, donc on va petit à petit peut être devoir déporter l’astronomie dans l’espace, au-delà de l’orbite de tous ces satellites qui nous polluent la luminosité", explique Jean-François Clervoy, astronaute, président de Novespace.   Elon Musk, avec sa myriade de satellites, espère engranger plus de 30 milliards de dollars par an, pour financer, entre autres, son projet fou de colonisation de la planète Mars, mais ça se bouscule au portillon : Jeff Bezos, le patron d’Amazon, veut aussi en envoyer des milliers, tout comme d’autres entreprises dans le monde. Au total, ce sera un beau feu d’artifice permanent. Il serait temps de réguler cet espace qui n’appartient à personne et à tout le monde.   

Une pollution gênante et dangereuse

  Il ne faut pas non plus oublier les risques de collisions entre les satellites et même la station orbitale comme dans le film Gravity. Aujourd’hui, déjà plus de 130 millions d’objets circulent autour de la terre, qui sont autant de dangers pour les missions spatiales habitées. En attendant continuons d’observer le ciel, avant qu’il nous tombe sur la tête. "De grandes découvertes en astronomie sont aussi faites par des amateurs sur Terre, qui trouvent des comètes ou qui détectent, par exemple un astéroïde qui peut éventuellement un jour percuter la terre. Donc respectons leur travail et faisons attention à ne pas les polluer", dit Jean-François Clervoy. Selon Elon Musk, ses satellites seraient non réfléchissants, donc invisibles. C’est à voir si j’ose dire !  Connecter le monde entier est assurément un progrès, mais pas à n’importe quel prix.  

Vous êtes à nouveau en ligne