Le billet vert. Les SUV à l'index

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les SUV, ces véhicules en plein boom économique dont l'abréviation vient de l'anglais "sport utility vehicle" sont montrés du doigt pour leur production excessive de CO2.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En plein débat cette semaine sur le projet de loi de finances 2020, les députés ont abordé les bonus-malus, notamment face au succès des SUV plutôt gourmands.

Selon l’agence internationale de l’énergie ils sont la deuxième source d’augmentation de CO2 dans le monde ces 10 dernières années, après le secteur de l’énergie ! Mais devant l’aviation... Ils sont passés dans le même temps de 35 à 200 millions de véhicules. Avec la légèreté d’un camion et l’aérodynamique d’une caisse à savon, ils consomment plus d'un tiers d’énergie de plus qu’une voiture de taille moyenne.

Moteurs gourmands

Il est vrai que dans le même temps on a fait d’énormes progrès avec des moteurs moins gourmands, sans compter les formules hybrides et électriques. Mais les moteurs de ces "chars d’assaut" consomment beaucoup : comptez un bon 7 à 10 litres aux 100 kilomètres. Et si c’est pour amener ses enfants à l’école, on est carrément dans le monde d’hier !

Quant à l’hybride ou l’électrique, il faut  prendre en compte l’origine de l’électricité : si elle fabriquée à partir de centrales à charbon, en termes de C02, autant rouler au pétrole ! Sachez quand même que dans le monde, la consommation de charbon c’est 190 tonnes par seconde.

Toutefois il faut laisser le choix , mais appliquer le principe du pollueur-payeur, et augmenter le bonus pour les voitures vertueuses, c’est ce qui a été voté cette semaine, même si la masse des véhicules n’a pas été acceptée dans le malus, L’union européenne va proposer l’an prochain, de baisser le plafond à 95 grammes au kilomètre. Ce n’est pas gagné, mais les progrès sont rapides, comme le développement de voitures électriques à pile à combustible, alimentées par de l’hydrogène vert.

En attendant, les SUV se vendent plutôt bien

Avec 3,5 milliards d’euros par an en publicité pour le secteur de l’automobile, on arrive à une part de marché pour les SUV de l'ordre de 40%. D’ailleurs le député européen Yannick Jadot, suggère d’interdire la publicité pour les véhicules les plus polluants. Et on estime par ailleurs, qu’un tiers sont des conductrices, parce qu’elles ont un sentiment de sécurité, de robustesse et donc de meilleure protection des enfants.

C’est finalement un choix de société, car avec un nouveau mode de vie, des voitures partagées, et électriques, donc avec moins de maintenance, cela va provoquer des pertes d’emplois en Europe qui se chiffreraient par centaines de milliers. Il faut donc anticiper cela, dès maintenant par de nouvelles offres, notamment dans les secteurs de l’énergie, du numérique et du service.  

Vous êtes à nouveau en ligne