Le billet vert. Le retrofit ou comment transformer nos voitures thermiques en électriques

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises proposent de transformer nos voitures à moteur à essence pour un moteur électrique. Ce n'est pas à la portée de toutes les bourses même si on sait que c'est mieux pour la qualité de l'air.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Changer sa voiture essence pour une électrique n'est pas à la portée de toutes les bourses même si on sait que c'est mieux pour la qualité de l'air. Aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises proposent de transformer nos voitures. Histoire de ne pas toutes les envoyer à la casse, ce qui est mieux pour la planète.

Faire durer plus longtemps nos voitures permet de limiter l'usage de ressources naturelles même si la fabrication des batteries consomme aussi des métaux dont les mines ont de gros impact sur l'environnement. Cette pratique de transformation de nos véhicules s'appelle le retrofit. Il s'agit simplement de changer le moteur thermique en électrique. Alors fini le réservoir et la queue à la station service. À vous la prise électrique mais surtout plus besoin de demander un prêt à la banque pour acheter une Tesla parce que ça coûte quand même 50 000 euros minimum. 

Déjà plusieurs prototypes en circulation

Il y a déjà neuf acteurs sur le marché dont l'entreprise Transition One à Argent-sur-Sauldre près d'Orléans qui a transformé une Twingo et une fiat 500. Phoenix mobility, une start-up grenobloise roule en Clio et ça tombe plutôt bien parce que Grenoble fait partie des villes qui vont bientôt interdire les véhicules les plus polluants. Pour tous les diesels, l'interdiction à Grenoble est prévue pour 2030 mais à Paris ce sera 2024. Pour l'instant, le coût de transformation est encore assez élevé : entre 80 000 et 12 000 euros selon la voiture. Le but est de faire des économies d’échelle notamment pour faire baisser le prix des batteries pour arriver à 5 000 euros pour une petite voiture. Ce sera donc beaucoup moins cher qu'un véhicule électrique neuf. Selon l'un des fondateurs des Phoenix Mobility, Wadie Maaninou: "Nous voulons rendre l'écologie et la sobriété sexy".

Un projet qui s'appuie sur les artisans garagistes

L'idée de ces entrepreneurs de nouvelle génération n'est pas de devenir un garage géant et que tout le monde aille à Grenoble changer son moteur mais de créer des kits pour changer le plus de modèles possible et de les distribuer ensuite aux garagistes de France. Nous en avons 50 000 sur notre territoire et il n'y a qu'eux qui peuvent faire la conversion à grande échelle de notre parc automobile. Phoenix mobility va d'ailleurs lancer à la fin de l’année son kit pour trois modèles dont un utilitaire, une Clio et des Land Rover. Ces jeunes ingénieurs ont transformé les 4x4 d'un parc naturel au Kenya et là-bas les éléphants aussi respirent mieux.   

Vous êtes à nouveau en ligne