Le billet vert. La rentrée scolaire et les moyens de transports

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cette semaine 12 millions d’élèves ont pris le chemin de l’école, par des moyens très différents, et plus ou moins polluants.

12 millions d’élèves ont retrouvé les bancs de l’école cette semaine et ils ont utilisé des moyens de transports variés et plus ou moins polluants, par exemple pour les populations rurales, ou périurbaines, le bus scolaire est utilisé par plus de 2 millions d’élèves, c’est en gros 2 millions de tonnes de C02, par an. Des véhicules électriques et silencieux apporteraient une touche environnementale concrète dans leur programme scolaire, encore trop pauvre en la matière.

Biogaz

En attendant certaines régions fabriquent du biogaz, c’est le cas dans le Nord  par exemple, où il est inscrit sur des bus "Nous roulons grâce à vos déchets !" Mais il y a encore beaucoup trop de déposes en voiture individuelle, alors que le trajet est en moyenne inférieur à un kilomètre. C’est une cause d’accidents aux abords des écoles et c'est néfaste pour les petits qui respirent à pleins poumons les pots d’échappement. 

Pédibus et scoolbus

Il y a pourtant d’autres solutions, comme  le "pédibus" pour les petits trajets. Des parents accompagnent les enfants sur un itinéraire et en récupèrent d’autres au passage. Et pour les distances un peu plus longues, il y a le "vélo bus". Tout cela est bon pour la santé - 10% des petits enfants font de l’obésité précoce -  bon pour la convivialité, et bon pour la planète.

Et enfin, il y a le bus à pédale à assistance électrique. Un adulte au volant, 10 enfants de 4 à 12 ans, qui pédalent derrière dans la bonne humeur, ça s’appelle le "s'coolbus" parce que c’est cool  ! Une façon récréative de découvrir le code de la route et le respect de l’environnement.

Asino bus avec un âne

D’autres alternatives écologiques existent, comme ces villages qui font du ramassage en calèche, d’autres font de "l’Asino bus" : un âne accompagne les enfants en portant leurs cartables, cela crée une relation affective avec les animaux et  donne du baume au cœur pour aller à l’école.

Et enfin une petite pensée pour nos enfants guyanais, qui prennent une pirogue pour se rendre à l’école, sur le fleuve Maroni. Dommage que ce soit un peu bruyant au milieu de cette magnifique nature, une pirogue électrique serait bien appréciée…ce sera mon petit message du billet vert d’aujourd’hui !

Vous êtes à nouveau en ligne