Le billet vert. La COP25, la "COP bleue" et l'avenir assombri des océans

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La COP 25 qui s'est refermée ce samedi 14 décembre à Madrid après deux semaines de négociations, a été surnommée la “COP bleue” par ses organisateurs, qui ont voulu faire de l’océan l’enjeu prioritaire de ces discussions.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La COP25, qui s'est terminée hier soir samedi 14 décembre à Madrid, avec un jour de retard et deux semaines de réunions, rencontres et séances plénières, est surnommée la “COP bleue” par ses organisateurs, qui ont voulu faire de l’océan l’enjeu premier des négociations. Les espaces maritimes, c’est 70% de la surface terrestre, ils stockent naturellement 50 fois plus de carbone que l'atmosphère.

En 50 ans, le niveau d'oxygène dans les océans a diminué de 2%, et les zones où l'oxygène est totalement absent ont quadruplé.

Rapporteurs de la COP25

La production mondiale de plastique pourrait augmenter de 41% et la quantité accumulée dans les océans pourrait doubler d\'ici 2030 selon un rapport de WWF.
La production mondiale de plastique pourrait augmenter de 41% et la quantité accumulée dans les océans pourrait doubler d'ici 2030 selon un rapport de WWF. (ERNESTO BENAVIDES / AFP)

Cette dégradation de ce qui est source de vie est due aux activités humaines

En cause, le réchauffement climatique, l’acidification des eaux, la pollution, etc."Tout le monde sait mais personne ne fait !", s'exclame le médecin et explorateur français, Jean-Louis Étienne, qui craint une grosse déception en perspective.

Pendant ce temps se tient à Paris, porte de Versailles, le salon nautique, qui ferme ce dimanche soir, et des solutions notamment de lutte contre les pollutions en mer y sont exposées.

L’entreprise bretonne Efinor Sea Cleaner y présente un petit catamaran électrique au gabarit routier capable d’intervenir en urgence pour collecter toutes sortes de déchets solides ou liquides. De plus, il peut être utilisé pour d’autres usages, très utiles en cas de marée noire par exemple ou de ramassage de plastique à l’embouchure des fleuves, dans les ports par exemple. Son directeur technique, Ivan Janeau, explique que leur gamme de bateaux peut traiter des surfaces de 500 à 50 000 mètres carrés à l’heure.

Concarneau, juin 2018. La pyrolyse est alimentée de déchets plastiques broyés. Plastic Odyssey est un futur catamaran de 25 mètres propulsé uniquement grâce au plastique. Le navire partira pour une expédition de 3 ans autour du monde, utilisant les dechets plastiques comme carburant.
Concarneau, juin 2018. La pyrolyse est alimentée de déchets plastiques broyés. Plastic Odyssey est un futur catamaran de 25 mètres propulsé uniquement grâce au plastique. Le navire partira pour une expédition de 3 ans autour du monde, utilisant les dechets plastiques comme carburant. (LUCAS SANTUCCI / ZEPPELIN)

L'aventure de Plastic Odyssey

Sur le même sujet de la lutte contre les pollutions, mon coup de cœur de ce dimanche est pour Plastic Odyssey. Il s’agit d’une joyeuse bande de jeunes bretons, scientifiques pour la plupart, qui ont fait le constat que 19 tonnes de plastique entrent dans l'océan à chaque minute, et une fois au large, ces plastiques se décomposent en micro-particules impossibles à récupérer.

Ulysse, bateau test, effectue ses premiers essais dans la baie de Concarneau en juin 2018. Plastic Odyssey est un futur catamaran de 25 metres propulsé uniquement grace au plastique.
Ulysse, bateau test, effectue ses premiers essais dans la baie de Concarneau en juin 2018. Plastic Odyssey est un futur catamaran de 25 metres propulsé uniquement grace au plastique. (LUCAS SANTUCCI / ZEPPELIN)

En les ramassant à l’embouchure des fleuves, ou dans les villes côtières, leurs bateaux les transforment en carburant et naviguent avec, ou en font des objets. Simon Bernard, leader de l’expédition, explique qu’Ils vont partir bientôt pour 3 ans autour du monde, et avec leur bateau démonstrateur, ils vont montrer aux populations locales comment valoriser, sinon réduire les déchets, un projet magnifique que nous suivrons de près dans le billet vert.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne