Le billet vert. "Happy hour" au supermarché, pour lutter contre le gaspillage alimentaire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, une chaîne de supermarchés finlandaise vient de lancer une opération "happy hour". Juste avant la fermeture, elle propose à prix cassés les produits bientôt périmés.

Une chaîne finlandaise de supermarchés casse les prix, en fin de journée, de ses produits qui s'annoncent bientôt périmés. C'est l'opération "happy hour". Une façon de lutter contre le gaspillage alimentaire.

On se demande parfois ce qui arrive à son yaourt à minuit la nuit juste avant sa date de péremption. Est-ce que des bactéries lui sautaient dessus d’un seul coup pour le rendre tout vert et immangeable ? Aujourd'hui, on sait qu'il y a des marges sanitaires sur ces dates de péremption et même un débat pour savoir si elles ne sont pas faites pour arranger les ventes plutôt que sur de vrais risques sanitaires. C’est pourquoi la chaîne S-Market a décidé de lancer cette année une formule comme pour les bars : des happy hours. À 21 heures,  les produits qui se périment le soir même passent à moins 60%.  Le New York Times raconte même dans un reportage que des clients errent le soir dans le supermarché en attendant le gong de la promo.

Un tiers de notre alimentation est jeté

Lutter contre le gaspillage alimentaire, cela permet de réduire les inégalités mais aussi d'aider la planète. Les Nations Unies ont calculé qu’un tiers de notre alimentation est gaspillé chaque année. C’est près de 10% de nos émissions de gaz à effet de serre, sans parler de l’usage des sols, de l’eau et des pesticides. Mais pour le vice-président de S-Market, cette opération "happy hour" est surtout une façon de ne pas perdre d’argent, parce que jeter ou donner ses produits, ça a un coût pour l'entreprise.

Des initiatives françaises et une loi

En France nous n'avons pas forcément de "happy hour" et les rabais ont même été limité par la loi agriculture et alimentation dans un objectif de mieux rémunérer les agriculteurs. Mais nous avons des rayons zéros gachis installés dans certaines grandes surfaces comme Système U, Carrefour, Leclerc, Intermarché, où l’on vend à prix cassés les produits proches de leur date limite. Il y a aussi beaucoup d’initiatives pour récupérer les légumes moches ou les produits non conformes. Un petit réseau d’épiceries Nous anti gaspi s’est monté en Bretagne et compte quatre magasins aujourd’hui. Surtout, nous avons fait une loi contre le gaspillage alimentaire. Elle a imposé un partenariat entre grandes surface et associations caritatives comme les Restos du Cœur, les banques alimentaires et la grande distribution a bénéficié d'un coup de pouce fiscal pour que cela ne lui coûte pas aussi cher qu’en Finlande de donner ses invendus. La loi Garot de 2016 n’est pas parfaite et il faut toujours contrôler qu’on ne mette pas de la javel sur de la nourriture encore consommable. Mais la France a été pionnière en la matière. 

Vous êtes à nouveau en ligne