Le billet vert. Comment les animaux s’adaptent-ils au changement climatique ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le billet vert consacré tout l’été à la façon dont nous vivons avec le changement climatique. Les effets sont de plus en plus sensibles. Les scientifiques prévoient une accentuation dans les années qui viennent. Et cela affecte tous les pans de notre société.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En montagne les animaux s’adaptent à la hausse des températures. Pour en savoir plus des chercheurs ont disposé des caméras sur les pentes du Mont-Blanc. Le petit objet qu’Anne Delestrade tourne dans sa main, c’est un témoin à échelle réelle des effets du changement climatique. Depuis deux ans, une quarantaine de caméras espionnent les déplacements des gros mammifères, et de certains oiseaux sur les pentes du Mont-Blanc.


Elles sont installées sur des arbres ou des rochers tous les 200m en altitude. Ça va de 1 300m à 2 700m. Elles prennent régulièrement des photos. Et ce que l’on voit ce sont des chamois, des renards, des bouquetins, des marmottes et des oiseaux.
Anne Delestrade est directrice de recherche du Crea. Le Centre de recherche sur les écosystèmes d’altitude. Elle travaille sur le changement climatique. Sur le Mont-Blanc les effets sont déjà perceptibles. Le réchauffement dans les Alpes est deux fois plus prononcé qu’à l’échelle globale, et les glaciers reculent de façon spectaculaire.
Ce que cherche à documenter maintenant Anne Delestrade, c’est la migration des mammifères et  l’impact sur les espèces : "On observe de plus en plus de cerfs, c'est général un peu partout et on s'aperçoit qu'ils montent de plus en plus en altitude. Est ce que cela repousse le chamois plus haut ? Est-ce qu'ils utilisent le milieu sans souci tous les deux ?"

Ce qui est déjà documenté c’est la migration, notamment des insectes. Ils montent de 45m en altitude tous les 10 ans. Ils fuient le réchauffement qui va plus vite. Pour retrouver le climat des années 70, il faut aller maintenant 360m plus haut sur la montagne. Cette migration est globale. Les plantes de leur côté accompagnent le retrait des glaciers.
 

Vous êtes à nouveau en ligne