Le billet sciences. Dernière ligne droite pour la Convention citoyenne pour le climat

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Réduire le temps de travail, la vitesse sur les autoroutes, rénover les passoires thermiques : 150 mesures sont sorties hier des longs mois de réflexion de la Convention citoyenne pour le climat. Des mesures que les citoyens vont voter une à une ce week-end avant de transmettre leur travail au gouvernement.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Cette convention citoyenne est née après le mouvement des "gilets jaunes" et le grand débat pour résoudre une équation impossible pour le gouvernement : comment aider le climat sans augmenter la taxe carbone, la taxe sur les carburants fossiles ? 150 citoyens ont donc été tirés au sort pour représenter une France en miniature et choisir l’ensemble des mesures pour réduire d’au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre du pays d’ici 2030 sans injustice sociale.

Des objectifs plus poussés, des mesures plus fortes

Après avoir travaillé pendant six séances au Conseil Economique Social et Environnemental, et deux séances en visioconférence, ils ont donc établi une liste des 150 mesures sorties de leurs longues réflexions, audition d'experts, et organisation en cinq groupes de travail : se nourrir, se loger, se déplacer, consommer, travailler et produire.

Parmi ces mesures, il y a la promotion du bio, des circuits courts, la réduction de la TVA sur les billets de train, la rénovation thermique globale des logements mais aussi l'interdiction de la publicité par avion, de la commercialisation des SUV, de la climatisation lorsqu'il fait moins de 25°C, et la réduction de la consommation de viande ou de produits laitiers.

Les citoyens le reconnaissent eux-mêmes : ils n’allaient pas inventer la poudre ou des mesures jamais envisagées. Il y a beaucoup de points déjà débattus au moment des lois énergie, alimentation, transports, logements. Ils poussent des objectifs un peu plus loin comme sur l'interdiction des véhicules thermiques en 2040, ou la rénovation des passoires thermiques. Mais ils vont aussi sur des mesures plus fortes jamais envisagées dans le cadre de la lutte contre le changement climatique comme la réduction du temps de travail de 35 à 28h, l'encadrement de la publicité.

Et maintenant ?

Ils doivent voter une à une ces 150 mesures, leur financement (donc nous allons reparler de taxe carbone). Ils transmettront ensuite leur liste finale soit sous forme de projet de loi pour le parlement, soit sous forme de décret pour le gouvernement. Enfin, ils doivent décider quelle question fera l’objet d’un référendum. Emmanuel Macron leur a promis la transmission "sans filtre" de leurs propositions, à condition qu’elles soient financées. Le chef de l’Etat s’est même montré ouvert à un référendum et pas seulement pour réformer la constitution mais aussi sur un sujet beaucoup plus concret comme d’imposer la rénovation thermique des logements aux propriétaires. Pour l'instant, il est prévu qu'Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique vienne réceptionner leur travaux dimanche soir mais les citoyens espèrent qu'Emmanuel Macron viendrait aussi. Le président réserve ses surprises. 

Vous êtes à nouveau en ligne