Alimentation : la pastèque était à l'origine un melon et vient du sud du Soudan

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est un des fruits les plus courants sur les tables de l’été : la pastèque… Un fruit que des chercheurs viennent d’étudier pour en retrouver l’origine.

Il faut trancher définitivement un débat entre spécialistes, divisés entre ceux qui pensent que l’ancêtre de la pastèque vient d’Afrique du Sud, alors que d’autres penchent pour une origine plus septentrionale, du côté de l’Afrique de l'Ouest ou de la vallée du Nil. Des chercheurs ont donc remonté le fil génétique du fruit, séquençant des génomes de plusieurs de ses cousins en Afrique pour arriver à cette conclusion, publiée dans une revue de l’Académie des Sciences américaines : la pastèque est sans doute la lointaine descendante du melon Kordofan, une espèce encore cultivée aujourd’hui dans le sud du Soudan.

Grâce à cette concordance génétique, les chercheurs estiment qu’il va désormais être possible d’améliorer la culture de nos pastèques en limitant par exemple le recours aux pesticides. En effet, lors de leur étude, ces scientifiques se sont rendus compte que certains gènes présents dans les melons soudanais lui offrent une meilleure résistance aux maladies. La génétique pourrait aussi apporter des solutions en matière d’adaptation au changement climatique.  

Des traces dans l'Egypte antique

Deux pistes sont privilégiées pour expliquer le chemin parcouru par la pastèque entre l'Afrique et le reste du monde : la première organise un déplacement progressif vers le nord via la Libye, où d’anciennes graines ont été retrouvées ; mais l’hypothèse qui tient le plus la corde, c’est celle d’une domestication en l’Egypte. Il se trouve que dans une sépulture fouillée au XIXe siècle dans la région de Saqqara, des dessins muraux représentants des pastèques assez ressemblantes avec le fruit que l’on connaît actuellement ont été retrouvés.

Mieux, des feuilles ont été ramassées sur une momie datant de 3 500 ans et leur analyse ADN a montré que leur composition était assez proche de celle de son descendant du moment. Les Égyptiens de la 18e dynastie cultivaient donc déjà la pastèque. Elle a ensuite essaimé via les routes commerciales, pour devenir aujourd’hui le fruit le plus produit au monde : autour de 120 millions de tonnes par an, dont les trois quarts provenant de Chine. 

Vous êtes à nouveau en ligne