Le billet sciences du week-end. Le vivant : notre allié dans la transition énergétique

Pour "Le billet sciences du weekend" en cette fin d'année, Gérard Feldzer nous propose une série sur la bio inspiration, en compagnie du biologiste Gilles Bœuf. Aujourd’hui, il est question de découvertes en matière d’énergies, inspirées de l’observation du vivant

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le biologiste français Gilles Boeuf est l'invité spécial durant ces vacances de Noël de Gérard Feldzer. Professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie, Sorbonne Université, ancien président du Muséum national d'histoire naturelle et auteur de nombreux ouvrages, Gilles Boeuf évoque aujourd'hui les découvertes en matière d’énergies, inspirées de l’observation du vivant.

Les papillons, ces champions de la thermorégulation

En observant certains papillons, qui parviennent à maintenir une température corporelle acceptable, même sous des températures extrêmes, on a pu développer des méthodes de régulation thermique, que l’on applique notamment à des habitations ou des panneaux solaires.

"Les morphos, ces papillons bleu métallique qui ne vivent qu’en Amérique, ont un système incroyable, capable de réguler leur température. Cela est rendu possible par des phénomènes dits 'photoniques' qui peuvent jouer dans la capacité à émettre, ou non, des rayonnements infrarouges, précise Gilles Boeuf. Cette prouesse pourrait jouer un rôle important dans la durée des panneaux photovoltaïques".

L’éolien, comme un poisson dans l’eau

Dans la continuité des énergies renouvelables, étonnamment, ce sont les poissons qui nous apprennent comment mieux tirer parti des énergies éoliennes et hydroliennes.

Le poisson avance par des mouvements de la queue beaucoup plus performants qu’une hélice, et ils font cela avec un minimum d’énergie.

Gilles Bœuf

"Comment un thon ou un espadon peut atteindre dans des milieux 60 fois plus visqueux et 800 fois plus denses que l’air, des vitesses de plus de 100 km heure ? À terme, c’est en s’en inspirant que l’on pourra améliorer les pales des éoliennes", souligne le biologiste.

Ces nouvelles technologies issues du vivant, plus efficientes, permettraient d’augmenter la part de l’éolien, tout en limitant l’extension de ses installations. Et pour les hydroliennes, l’efficacité est bien plus performante.

Les hélices n’existent pas dans la nature

Les poissons utilisent leurs nageoires qui oscillent, et leur corps qui godille, une efficacité énergétique, qui nous a inspirés dans la mise au point de micro-pompes, utilisées notamment en chirurgie cardiaque.

On a fait des micro-pompes inspirées des systèmes d’ondulation des anguilles ou des murènes. Beaucoup plus petites et plus légères, elles consomment moins d’énergie et n’abîment ni le sang, ni les globules rouges.

Gilles Bœuf, biologiste

Régulation thermique des bâtiments, la solution sous nos pieds ?

La régulation thermique des immeubles est très énergivore. Les termites ont trouvé des solutions naturelles bien avant nous.

Au Zimbabwe, un bâtiment est directement inspiré des termitières pour la régulation thermique. Dans le désert du Kalahari, il fait 0 degré la nuit et 50 dans la journée, mais la termitière reste toute l’année à 12 ou 13 degrés. Simplement, c’est par un système de ventilation, que l’on peut appeler thermorégulation de groupe, qu’elles y parviennent. Un individu seul ne peut pas y parvenir, mais la colonie, elle, si.

Gilles Bœuf, biologiste

L’union fait la force !

L’organisation sociale des termites, comme celle des fourmis ou des abeilles nous le montrent depuis bien longtemps ! Nous nous retrouverons samedi prochain pour parler bio inspiration appliquée à la mobilité et aux transports.

Vous êtes à nouveau en ligne