Peste noire : les rats n'étaient pas coupables

Après huit siècles d'accusations, une étude exonère les rats dans la propagation de la peste noire.

Après huit siècles d'accusations pour la propagation de la peste bubonique, des scientifiques affirment qu'ils ont des preuves convaincantes d'exonérer le rat, c'est ce que rapporte le Washington Post. Le coupable serait… la gerbille, une sous-famille de petits rongeurs de la famille des Muridés. Selon cette étude de l'Académie américaine des sciences, des données climatiques datant du 14ème siècle contredisent le fait communément répandu que les épidémies de peste européennes aient été causées par des puces porteuses de la maladie et hébergés par les rats du continent.

Au lieu de cela, l'étude pointe du doigt l'Asie. Les conditions météorologiques analysées montrent que l'Europe a toujours connu une flambée de peste après un printemps pluvieux en Asie centrale, suivi d'un été chaud. Des conditions terribles pour les rats noirs mais pas pour la population de gerbille asiatiques. Ces rongeurs et leurs bactéries seraient alors montés vers l'Europe via la route de la soie, en arrivant sur le continent quelques années plus tard. Avec pour conséquences, des ravages épidémiologiques terrifiants : des dizaines de millions de personnes.

Vous êtes à nouveau en ligne