King n'aime plus les Bubblies

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

David contre Goliath ? Attaqué par l'éditeur de Candy Crush Saga, le groupe de rock les Bubblies fait plier le géant du jeu vidéo sur mobile.

D'un côté, le groupe Les Bubblies crée il y a plus de deux décennies, en 1991, un groupe de pop électrique qui, pour faire parler de lui, a depuis bien longtemps crée sa page Internet  à son nom, et même des petits jeux vidéo très colorés pour se faire de la pub.

En face, l'éditeur King à qui l'on doit le succès mondial, le jeu phénomène Candy Crush Saga . Et bien King a la folie des procès. Il y a quelques mois, il a par exemple déposé les mots " Candy " et " Saga " auprès de l'office américain chargé du dépôt des marques afin de s'assurer les droits exclusifs d'utilisation de ces termes dans le domaine du jeu vidéo, entre autres. Il menace alors d'autres éditeurs et studios leur demandant de se retirer ou de modifier leur titre, sous peine de poursuites judiciaires. Exemple avec le jeu The Banner Saga . Comme il y a Saga dans le titre, ça ne plait pas à King. Après plusieurs mois à tirer sur tout ce qui bouge, il semblait que cette entreprise anglaise avait enterré la hache de guerre en trouvant des accords à l'amiable.

King menace un groupe de rock

Mais cette fois, l'entreprise anglaise attaque un groupe français. King menace en effet de poursuivre en justice les Bubblies car il estime que le nom "Bubblies", utilisé depuis plus de vingt ans par le groupe, est susceptible d'induire les consommateurs en erreur lorsqu'ils cherchent des jeux de la saga Bubble Witch , également éditée par ses soins.

Tout parce que les Bubblies, qui avaient déposé une première fois leur nom à la fin des années 1990, ont oublié de renouveler leur demande auprès de l'INPI qui gère la propriété industrielle en France. Lorsque le groupe a de nouveau déposé son nom en 2013, un courrier d'avocats parisiens arrive très vite. On leur demande de renoncer à utiliser son nom ou son logo dans le cas d'un jeu vidéo ou même sur les réseaux sociaux. Jean-Louis, le leader des Bubblies, a décidé il y a quelques jours de faire jouer justement les réseaux sociaux. L'histoire se répand alors telle une trainée de poudre. Et Happy End pour les Bubblies, King ne trouve plus rien à redire sur leur dépôt de nom depuis ce matin. Affaire classée.

Vous êtes à nouveau en ligne