Internautes, pirates, gouvernement : comment "Game of Thrones" les rend fous

Alors que la nouvelle saison de la série-culte a démarré cette nuit dans 170 pays simultanément, 4 épisodes ont déjà fuité sur internet. Quant au gouvernement français, il est fan de la série et ne s'en cache pas sur Twitter.

La popularité de la saga d'heroic-fantasy semble toucher à son paroxysme depuis quelques jours. L'épopée médiévale de sang, de sexe et de trahisons a démarré sa nouvelle saison sur la chaîne américaine du câble HBO cette nuit à 21h00 sur la côte est des États-Unis. Au total, dix épisodes seront diffusés au même moment dans les 170 pays du monde donc OCS City en France, quel que soit le décalage horaire.

Mais l'appétit des sériephiles était bien trop gros. Non content d'être l'un des sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux et des plus recherchés sur Google, des copies envoyées aux journalistes ont été proposées au téléchargement illégal et téléchargées plus de 100 000 fois en trois heures. HBO recherche activement l'origine de la fuite.

Autre leak , des internautes ont diffusé en live sur Twitter le premier épisode de "Game of Thrones " En février, le réseau social aux 140 signes a lancé sur iOS l'application mobile Periscope. Elle permet à tout à chacun de diffuser en direct une vidéo filmée avec son mobile. Quand un usager commence une diffusion, ses abonnés sont alertés. Le logiciel aurait ainsi servi cette nuit à la diffusion de ce retour des héros du "Trône de Fer" sans passer pas les chaînes officielles. Ce qui n'a pas du tout plu à Twitter, des fermetures de comptes sont possibles.

Quant au gouvernement français, il se sert de l'aura de la série pour se faire de la promo à bon compte : "Parce que la France se réforme au quotidien, le gouvernement a souhaité partager son expérience avec les familles nobles des 7 royaumes ." C'est avec ce message que le site officiel du gouvernement a publié une "Lettre aux familles nobles des 7 royaumes ", lettre visant à "offrir au prochain roi nos conseils ", six articles au total qui renvoient vers des réformes du gouvernement, le tout sous forme d'un parchemin médiéval frappé de deux dragons, l'animal mythique de la série : "Trop de jouvenceaux errent sur les routes du royaume, abandonnés de tous et n'ayant pas la chance de bénéficier de l'enseignement des mestres ." Une campagne relayée sur Twitter également.

La communication qui évite soigneusement de mentionner le titre de la série, histoire de s'économiser les droits d'auteur.

Vous êtes à nouveau en ligne