1er juillet 2015 : le jour où Internet est devenu officiellement trop petit

L'IPcalypse est-elle proche ? Pas encore mais le mois de juillet a débuté avec une pénurie d'adresses IP, ces adresses attribuée à tout appareil qui se connecte à Internet.

Dans la nuit de mardi à mercredi, l'organisation qui attribue des adresses IP en Amérique du Nord, cette suite de chiffre qui identifie chaque ordinateur, smartphone et appareil connecté à Internet, a manqué de numéros. Certes, ce ne fut pas la fin du monde mais c'est une étape importante dans l'histoire d'Internet car c'était la première fois que l'American Registry for Internet Numbers, en charge de l'Amérique du Nord, a dû refuser une demande d'un bloc d'adresses parce qu'il n'en avait pas assez. L’ARIN commence donc à placer les demandes sur liste d’attente en présentant ses excuses. D'après ses calculs, il ne resterait plus que 150 000 adresses en réserve. Le problème ? Il n'y a que quatre numéros dans ces adresses IP, ce qui explique pourquoi le système est appelé IPv4. Il a été mis en place il y a plus de 30 ans. Le nouveau projet en cours depuis des années s'appelle d'ailleurs IPv6 et il permettrait de disposer d'adresses plus longues et en grand nombre. Il y a seulement environ 4,3 milliards d'adresses IPv4 possibles alors qu'avec l'IPv6, on parle d'environ 340 trillions de trillions de trillions de combinaisons. Mais l'adoption par les fournisseurs de services Internet et les grandes organisations publiques est lente. L’IPv6 représenterait 7% des utilisateurs seulement dans le monde.Ainsi, après des années de bataille pour éviter la pénurie, l'American Registry for Internet Numbers a sonné une dernière fois l'alerte.

Vous êtes à nouveau en ligne