La vie en jaune. Tour de France 1998 : les Chirac, le Maillot jaune et l’affaire Festina

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En été 1998, le Tour de France est rattrapé par le dopage. Alors que le peloton fait étape en Corrèze, sur les terres du président de la République, Jacques Chirac, l’équipe Festina est exclue de la compétition. Bientôt, les coureurs font grève. Le Maillot jaune va-t-il disparaitre ?

Le 14 juillet 1998, 4000 jeunes venus de toute la France sont réunis à l’Élysée. L’équipe de France de football sacrée championne du monde deux jours plus tôt est l’invitée de la Garden Party. Le président Chirac, tout sourire, goûte cette victoire et sa popularité retrouvée auprès des Français.

Personne ne se doute de la tempête qui s’apprête à déferler sur l’un des monuments du sport français, le Tour de France. Et les Chirac vont se retrouver en première ligne.

Les Festina exclus, le Tour se met en grève

Le 8 juillet, un soigneur de l’équipe cycliste Festina est interpellé par les douanes françaises à la frontière franco-belge. Dans son coffre, un véritable arsenal de produits dopants : EPO, testostérone, hormones de croissance, etc. Quelques jours plus tard, ce soigneur, Willy Voet, reconnait l’existence d’un système de dopage organisé au sein de l’équipe.Le 15 juillet, le manager de l’équipe Festina et le médecin sont arrêtés à l’issue de l’étape de Cholet. Ils passent eux aussi aux aveux.

L’enquête progresse très rapidement et contraint les organisateurs du Tour à exclure l’équipe Festina de la course le 16 juillet, à Brive. Parmi eux, quelques-uns des meilleurs coureurs du peloton : le Suisse Alex Zulle, le Français Laurent Brochard, champion du monde en 1997, et surtout Richard Virenque, la star de l’équipe, candidat au Maillot jaune cette année-là.

Le 17 juillet, les coureurs disputent un contre-la-montre en Corrèze, sur les terres d’élection de Jacques et Bernadette Chirac. La première dame prépare cet évènement depuis des années. Grands patrons, personnalités… de nombreux invités sont là. Mais la fête est gâchée. Les coureurs de l’équipe Festina ont quitté la course au matin après avoir tenu une conférence de presse dans l’arrière-salle d’un café. Une partie du public est furieux de voir ses champions exclus. Le soir, Jacques Chirac doit s’exprimer sur l’affaire devant la presse. Il condamne le dopage et soutient l’action de la ministre des Sports, la communiste Marie-Georges Buffet.

Malgré les perquisitions de la police et la grève des coureurs, ce Tour 1998 ira finalement à son terme. Dans une ambiance délétère. Un an plus tard, en réponse, l’AMA, l’agence mondiale antidopage voit le jour.


Avec Jean-François Lamour, ancien ministre et conseiller Sports de Jacques Chirac.

La vie en jaune, quand le Maillot jaune écrit l’Histoire. Un podcast original de franceinfo en 10 épisodes. Le Maillot jaune du Tour de France a 100 ans. Devenu symbole de réussite et enjeu de pouvoir, son histoire dépasse les frontières du sport. Au travers d’entretiens avec des personnalités (sportifs, historiens, hommes politiques, journalistes…) et à l’aide de nombreuses archives et documents, cette série audio fait revivre les moments forts de "La Vie en jaune". Comment le Maillot jaune, au-delà de la simple performance sportive, est entré dans la grande Histoire. 

Vous êtes à nouveau en ligne