Les Boxers BMW se mettent à l'eau

Les grandes routières de la firme munichoise, en tête des ventes, chacune dans sa catégorie, changent donc de régime en se mettant à l'eau et au diapason des dernières technologies. Après la R 1200 GS, l'an dernier, c'est au tour de la R 1200 RT de faire peau neuve.

Alignées sur un parking de
l'aéroport d'Ajaccio, les dernières 1200 cm3 de l'allemand BMW en imposent par
leur structure. Il y a là l'Aventurière, la R1200 GS Adventure, La moto taillée
pour les gros rouleurs soucieux de confort et d'autonomie, encore plus
impressionnante que la précédente avec sa selle encore rehaussée. Et puis à côté,
tout aussi impressionnante, mais dans un autre style, le fleuron des GT, la
R1200RT avec sa bulle conséquente et son nouveau phare à triple optique
empruntée à sa grande sœur, la K 1600, qu'elle ne va pas tarder à occulter.

Avec son bec de canard au quel
on s'est habitué, son châssis tubulaire, son énorme boxer débordant de partout,
cette fois-ci refroidi par air et eau, la R1200 GS ne donne pas le sentiment,
au premier coup d'œil, d'avoir véritablement changé. Et pourtant une fois
grimpé, que dis-je, hissé dessus les impressions changent. Déjà on est perché
plus haut, 4 cm très
exactement. Le réservoir ensuite avec ses 10 litres supplémentaires (32 l au total) mais bien dessiné enfin son poids 22 kg supplémentaires changent déjà la donne. Mais la
surprise vient surtout de son électronique omniprésente.

Entre la commande d'embrayage
beaucoup plus souple, la poignée d'accélérateur désormais électronique et donc
plus courte et la boîte de vitesse très douce, la R1200 GS Adventure a
véritablement changé. Une mutation renforcée par toute une batterie de choix ou
d'aides à la conduite avec  plusieurs
modes de cartographie d'injection (Dynamic, Rain ou bien Touring) que l'on
change facilement du bout du doigt, des réglages de suspensions plus
sophistiqués, un anti patinage plus efficace et un ESA Dynamic dont la grande
qualité est de gommer les imperfections de la route. Il n'y a pas à dire la
nouvelle R1200 GS a pris du coffre, du caractère et... du confort.

Une fois lancé sur les
petites routes du sud de la Corse en direction de Bonifacio, le maxi-trail bavarois
reste fidèle à sa réputation. Bien calé sur sa selle accueillante, les courbes
s'enchaînent en douceur. D'emblée sa boîte de vitesse se révèle onctueuse.
Oublié les quelques kilos en trop, la R1200 GS n'a rien perdu de sa facilité de
conduite, de son agilité. Le modèle 2013 se caractérise par une tenue de route
impressionnante, plus souple et plus vif encore que le modèle précédent, bref
une fois parti on a plus envie d'en descendre.

Pourtant il va bien falloir
en descendre, après avoir poussé du bout du pied la béquille latérale pour
enfourcher cette fois-ci l'autre véritable nouveauté 2014, la R1200 RT. Là
difficile de ne pas remarquer, dès le premier coup d'œil tout ce qui a changé.
Sur le marché depuis 35 ans maintenant la RT vient de subir une véritable cure
de jouvence. Avec son nouveau museau et son phare à triple optique emprunté à
la K1600, ses flancs plus effilés, son pot d'échappement passé du côté droit et
ses valises redessinées, la RT reste la RT mais...elle a changé.

Une impression confortée
lorsque l'on s'assoit sur sa selle légèrement plus basse. Le nouveau tableau de
bord toujours aussi complet mais beaucoup plus clair saute immédiatement aux
yeux. Les différents boutons de réglage, notamment ceux de la radio, ont été
réduits en nombre mais offrent toujours les mêmes possibilités d'intervention
sur les modes de conduite, le réglage des suspensions et bien entendu la radio
et le GPS. Enfin les rétroviseurs, devenus pliables (louable décision) redessinés
sont mieux disposés et n'obligent plus à se déhancher pour voir ce qui arrive
derrière.

Légèrement plus lourde elle
aussi que la précédente, plus de 15 kg, la nouvelle R 1200 RT se révèle immédiatement
déconcertante par sa facilité de conduite enchaînant virage sur virage avec un
sentiment d'aisance et de légèreté à la limite du surréaliste. L'option Shifter,
tant en montée de vitesse qu'en descente, transforme pratiquement cette RT en
moto automatique. Très vite on s'amuse à passer les rapports sans toucher à l'embrayage
et sans couper les gaz. Si les mode Road et Rain sont sans surprise, le Mode
Dynamic lui transforme cette gentille routière en sportive qui ne demande qu'à être
maîtrisée.

Bien protégée par la bulle
imposante que l'on actionne du bout du pouce gauche on se laisse aller sur ce
nouveau vaisseau des routes qui dispose désormais d'un moteur plein d'énergie.
BMW a visiblement trouvé là le moyen de faire perdurer la gamme RT avec une GT
super polyvalente, confortable, douce et énergique à la fois. Une moto qui ne
va pas manquer de faire réellement cooccurrence à la gamme 1600.

L'arrivée en concession de
ces ceux nouveautés est prévue pour le mois de février à partir de 16650€ pour la GS 1200 Adventure et de 18000€ pour la R 1200 RT, toutes deux dotées de l'ABS.