La médaille du jour. Un gamin et son père parviennent à assister à un match de l'Inter Milan... à huis-clos

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ce petit supporter écossais devait voir jouer l'Inter pour son anniversaire. Mais le match s'est joué à huis-clos. Grâce à l'abnégation de son père, il n'a finalement pas fait le voyage pour rien. 

Il s'appelle Max Donaghey, il est Ecossais, et il vient d'avoir 12 ans. Et le petit Max est un fan de football. Mais pas du Cetlic Glasgow, des Rangers ou de Hibernian, non, il est fan... de l'Inter Milan. Pas facile pour aller voir les matchs de son équipe préférée quand on habite à près de 2 000 kilomètres de San Siro. Alors, pour ses 12 ans, son père Ross lui a offert un voyage à Milan et des billets pour aller voir l'Inter. C'était le week-end dernier, les Nerazzurri jouaient contre Sassuolo.

Mais là, problème. Gros problème, pour Max, son père, et tous les supporters milanais : l'Inter joue à huis clos. Condamné au silence et aux tribunes vides en raison des comportements racistes de ses supporters envers un joueur de Naples, Kalidou Koulibaly, le 26 décembre dernier. Ross annonce la nouvelle à Max, qui est inconsolable. Ils iront à Milan, mais ne pourront pas rentrer à San Siro.

Une dérogation... et un match sans but

Il tente le tout pour le tout, et contacte le club et les tifosi de l'Inter. L'histoire sort dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport, et remonte jusqu'aux oreilles de la direction du club, mais pas seulement. Le ministre italien de l'Education, Marco Bussetti, a lui aussi vent de la mésaventure de la famille écossaise. Et il a décidé de faire une exception. Une dérogation au huis clos. Pour le petit Max et ses parents, mais pas seulement, puisque 11 000 écoliers de la région milanaise ont été invités à San Siro pour le match. Manque de chance, ça s'est soldé par un 0-0. Mais à n'en pas douter, Max, le petit écossais intériste, est le gamin le plus heureux d'avoir vu un match nul, sans but.

Vous êtes à nouveau en ligne