La médaille du jour. Un cycliste en rase campagne après la fin de l'équipe de l'armée de terre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'équipe cycliste de l'armée de terre s'arrête. Romain Le Roux lance une souscription pour l'aider à retrouver un contrat.

Romain Le Roux était l'un des coureurs de l'équipe cycliste de l'Armée de terre.
Une équipe crée en 2011 pour changer l'image de l'armée et attirer de jeunes recrues.

Les coureurs sont tous des militaires professionnels. Ils vivent en caserne, à deux par chambre. Pas de télévision, pas de grasse matinée et participation aux tâches collectives comme le nettoyage des toilettes. Contrepartie, le budget de l'équipe est conséquent, 1,4 million euros (50% public, 50% privé).

Au départ des courses quand les autres coureurs se changent au ras des coffres de voiture, les militaires, eux, sont au chaud dans leur bus. Tout cela sous le regard bienveillant de leur ministre, lui même fan de cyclisme, Jean-Yves Le Drian, très attentif aux résultats. Des victoires qui s'accumulent,dont plusieurs au nez et à la barbe de cadors du peloton.

Un "coup de pelle"

Mais cette réussite n'emballe pas tout le monde dans les rangs, loin de là. Pourquoi donner des moyens aux cyclistes quand le budget de l'armée est à l'os, se demandent de nombreux militaires ? Il y a deux semaines la nouvelle ministre des Armées Florence Parly dit stop. Les coureurs sous contrat restent militaires mas l'équipe disparaît.

"J'ai reçu un coup de pelle" explique dans le journal Le Télégramme notre cycliste Romain Le Roux. Problème : pour un cycliste, retrouver une équipe fin novembre,
c'est un peu comme faire ses cadeaux de Noël le 24 décembre à 20 heures. Il lance donc une souscription sur Internet. Il a besoin de 40 000 euros pour payer son salaire, seule condition pour qu'une équipe l'engage. Avec un argument : en plus d'être un très bon coureur, il sait faire son lit au carré !