La médaille du jour. Le petit stade de foot du village d'Emilano Sala, disparu dans un accident d'avion, va porter son nom

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un hommage pour ce footballeur talentueux et humble qui a joué entre autre à Nantes.

Le Club athlétique et social San Martin de Progreso, en Argentine, est celui du village natal d’Emiliano Sala, le footballeur tragiquement disparu dans un accident d’avion, entre Nantes et Cardiff, le 21 janvier dernier. Un club qui, jeudi 31 octobre à 20h30, donnera officiellement à son stade le nom d’Emilano Sala, le jour où l’attaquant aurait du fêter ses 29 ans. Il y aura un moment de recueillement, en mémoire de l’enfant du pays et on peut déjà parier que le stade, qui compte 2 000 places au maximum, sera plein.

À Progreso, commune de 3 000 âmes, c’est l’enfant du pays qu’on a perdu. Un joueur exemplaire, modeste, qui a commencé le football à l’âge de quatre ans. Jusqu’à ses 15 ans, il porte fièrement le maillot rouge et noir des Rossoneros. Un maillot qui évoque celui du Milan AC. Détecté par un club filiale des Girondins de Bordeaux, il gagne ensuite son ticket pour l’Europe et pour une carrière chez les pros.

Un joueur humble

Mais contrairement à d’autres joueurs argentins qui ont réussi en Europe, Emiliano Sala a toujours gardé le lien avec sa terre natale, sa famille et ses amis. Et quand il revenait, à chaque trêve, dans son village, c’était sans la grosse voiture. Emiliano Sala prenait le bus collectif, offrait des maillots, ne parlait pas de lui, il prenait des nouvelles de tous ceux qu’il croisait.

Un joueur qui a du énormément travailler pour en arriver là, le talent ça n’était pas inné chez lui. Emiliano Sala le rappelait sans cesse aux jeunes de son village : si tu t’investis et si tu fais des efforts, tout peut arriver. En donnant son nom à son stade, San Martin de Progreso rend un dernier hommage à celui qui rêvait de finir sa carrière en Argentine et fait en sorte qu’on ne l’oublie jamais.

Vous êtes à nouveau en ligne