La médaille du jour. Le footballeur Olivier Giroud rebondit au club de Chelsea

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Olivier Giroud fait son retour en Ligue des Champions mardi. Le joueur, comme à l'accoutumée, n'a pas été particulièrement épargné ces derniers temps. 

Rebondir est un art, que maîtrise parfaitement Olivier Giroud, l'avant-centre de l'équipe de France, dans une impasse à Arsenal à six mois de la Coupe du monde, meilleur buteur du club londonien depuis cinq saisons et demie. Mais ce n'est jamais assez. Comme si Olivier Giroud devait en faire plus, toujours plus. Pourtant, son crédit et son temps de jeu chez les Gunners s'épuise, saison après saison. Arsène Wenger signe Aubameyang en provenance de Dortmund cet hiver. Comme il y a embouteillage, Olivier Giroud joue le tout pour le tout et quitte son club, trouve un point de chute dans la même ville. Et pas n'importe lequel : direction le rival londonien de Chelsea. Le buteur des Blues, l'Espagnol Alvaro Morata connaît une saison difficile. Diego Costa est retourné à l'Atletico Madrid. Batshuayi part pour Dortmund  qui veut aussi le Français.

"Je veux redevenir heureux..."

L'entraîneur Antonio Conte ouvre la porte à Olivier Giroud qui entre sans s'essuyer les crampons, sur le fil. Le voilà au chaud pour l'hiver. Le phénix renaît de ses cendres. Il voulait redevenir heureux, dit-il a nos confrères de France Football mardi 20 février, ne pouvait se résoudre à être une doublure, voire une triplure. À six mois du Mondial, il reconnaît avoir mis la pression à Arsène Wenger... Mais comment pouvait-il en être autrement ? Olivier Giroud, toujours efficace avec les Bleus, de France, va tenter de l'être avec ceux de Chelsea et de valider son ticket pour la Russie. Il affronte ce soir le Barça en Coupe d'Europe, une vitrine de prestige. Peut-être a-t-il finalement une bonne étoile, lui le mal aimé, tant sifflé par le public français. Même à quelques jours de l'Euro, c'est pourtant le 7e meilleur buteur de l'histoire en équipe de France, juste derrière Papin, devant Djorkaeff et Benzema. À croire qu'Olivier Giroud n'est pas si mauvais que cela, n'en déplaise à ses détracteurs éternels...

Vous êtes à nouveau en ligne