La médaille du jour. L'équipe de foot du Chili solidaire du mouvement de contestation actuel du peuple chilien

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les footballeurs chiliens boycottent la rencontre contre le Pérou par solidarité avec le peuple chilien révolté contre les inégalités.

Les joueurs de foot de l'équipe du Chili doivent affronter le Pérou en math amical mardi 19 novembre. Ou plutôt devaient, car les Chiliens ne joueront pas. Ils n’iront pas au Pérou. Leur sélectionneur les a libérés. Car ils ne veulent pas jouer. Un point c’est tout. Alors, non, ce n’est pas un caprice de footballeur. Ce n’est pas non plus une énième histoire de primes, un conflit entre le vestiaire et son entraîneur, ou sa fédération. Si les Chiliens refusent de monter dans le bus, c’est en soutien à leur peuple.

Une crise sociale secoue le pays depuis plusieurs semaines maintenant, et les manifestants remettent en cause le président conservateur, Sebastian Pinera. Un mouvement de contestation inédit, dans plusieurs villes, pour dénoncer les inégalités socio-économiques et réclamer des réformes. Plusieurs joueurs ont apporté clairement leur soutien aux manifestants, et pas n’importe lesquels, puisqu’il s’agit des cadres de cette sélection, ceux qui jouent dans les plus grands clubs, Alexis Sanchez, à l’Inter Milan, Claudio Bravo à Manchester City ou encore le taulier, Arturo Vidal. Le joueur du Barça, figure emblématique de la sélection chilienne, a été très clair, à son arrivée à Santiago : "Je suis avec le peuple, il s’est levé et demande justice, il faut donc le soutenir au maximum".   

Vous êtes à nouveau en ligne