La médaille du jour. Hommage à celui que l’on a surnommé "le nageur d'Auschwitz", Alfred Nakache

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le nageur d'Auschwitz, Alfred Nakache, vient d'entrer au Panthéon de la natation mondiale, le Swimming Hall of fame, en Floride, aux Etats-Unis.

Son nom ne vous dit peut-être rien : Alfred Nakache. Certains d'entre vous l'ont peut-être vu au fronton de quelques piscines comme à Toulouse, Paris ou Montpellier. Alfred Nakache a fait son entrée hier, 36 ans après sa mort, au Panthéon de la natation mondiale, le Swimming Hall of fame, en Floride, aux Etats-Unis. Une façon de faire enfin connaître son histoire hors du commun, celle d'un champion français qui a survécu aux camps de concentration.

Une reconnaissance du monde de la natation 

Pour son arrière petit-neveu Laurent Beyanoun, "c’est une reconnaissance qui arrive tard mais c’est la reconnaissance du monde de la natation qui récompense à la fois un nageur extraordinaire peu connu mais aussi un parcours de vie, les camps de concentration, d’être revenu et d’avoir gagné. Lui ne parlait jamais des camps."


L'histoire d'Alfred Nakache est donc celle d'un des meilleurs nageurs mondiaux dans les années 30, qui fait la fierté de la France. En 1936, il participe même aux Jeux olympiques sous les yeux d'Adolf Hitler. Mais en 1940, il est déchu de sa nationalité par le régime de Vichy parce que juif. Début 1944, il est déporté à Auschwitz avec sa femme et sa fille de deux ans. Toutes deux seront exterminées. Lui subira toutes sortes d'humiliations mais continuera de nager, avec quelques compagnons de déportation, dans les bassins de rétention d'eau du camp. Il survivra à Auschwitz puis à Buchenwald. À la Libération, il ne pèse plus qu'une quarantaine de kilos mais reprendra très vite la natation pour de nouveaux titres avec la France et une nouvelle participation aux Jeux olympiques de Londres en 1948. Alfred Nakache mourra en 1983, en sortant de la piscine. Il nageait encore tous les jours.

Vous êtes à nouveau en ligne