Européennes : figures des "gilets jaunes", Benjamin Cauchy et Jean-François Barnaba justifient leur choix de devenir candidats

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les "gilets jaunes" Benjamin Cauchy et Jean-François Barnaba, désormais candidats aux européennes, étaient les invités de franceinfo samedi.

Ils sont tous les deux issus des "gilets jaunes", sont considérés comme des figures du mouvement social et se présentent aux élections européennes. Tous les deux, mais pas ensemble. Benjamin Cauchy a choisi Debout la France, parti de Nicolas Dupont-Aignan, et il apparait en neuvième position sur sa liste. Jean-François Barnaba, lui, est également en neuvième position mais sur Patriotes et gilets jaunes, liste de Florian Philippot. Ils ont justifié leur choix samedi 4 mai sur franceinfo.

Pourquoi ces listes ?

"J'ai fait le choix de m'associer avec Nicolas Dupont-Aignan parce que les revendications que j'ai portées le 17 novembre, celles qui étaient pacifiques et qui concernent le pouvoir d'achat, étaient complètement synchro avec celles qu'il porte depuis de nombreuses années, a argumenté Benjamin Cauchy. Celles sur les barrières de péage d'autoroute en 2006, sur le référendum d'initiative citoyenne dès 2012."

Jean-François Barnaba, inscrit sur la liste Les Patriotes - Jaunes et citoyens menée par Florian Philippot, a expliqué de son côté que cette entrée officielle en politique lui permet "maintenant" de s'exprimer "politiquement en fonction de [ses] convictions". "Lorsque je portais un projet collectif, j'étais naturellement moins libre d'exprimer mes opinions personnelles, parce que le mouvement des 'gilets jaunes' est, à l'image de la France, d'une très grande diversité. Maintenant, je suis libre de pouvoir m'exprimer politiquement en fonction de mes convictions, et c'est ce que je fais."

"Les Français aiment la politique"

Ces "gilets jaunes" sont-ils plus politisés qu'on pouvait le penser ? "Quand on parle de pouvoir d'achat et de fiscalité sur un rond-point depuis six mois, on ne fait rien d'autre que de la politique, assure Benjamin Cauchy. Les 'gilets jaunes' ne dénoncent pas le système politique, ils dénoncent cette classe dirigeante depuis quarante ans qui nous a mené dans l'austérité, que ce soit Macron ou ses prédécesseurs. C'est cela qu'ils rejettent : des élus complètement déconnectés de la base. Mais les Français aiment la politique."

Jean-François Barnaba dit avoir essayé "pendant fort longtemps" de lancer sa propre liste pour ces élections européennes, qui aurait été "une liste mixte entre 'gilets jaunes' et personnes issues de la société dite 'civile'", avant de rallier celle de Florian Philippot. "On n'a pas réussi à franchir le mur de l'argent, rappelons-le, scandaleusement élevé, déplore le candidat. On dit qu'il faut 800 000 euros pour la campagne, mais ce n'est pas une question de campagne : il faut 800 000 euros pour le matériel électoral."

Vous êtes à nouveau en ligne