Stéphane Le Foll : la majorité "n'est pas menacée"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invité ce mercredi matin de France Info, le porte-parole du gouvernement est revenu sur le vote ce mardi du plan Valls, un scrutin marqué par l'abstention de 41 députés socialistes. Mais il estime que "la majorité n'est pas menacée". En ce qui concerne Alstom, il a expliqué pourquoi il n'y aurait pas d'entrée de l'Etat au capital de l'industriel français.

La majorité, "non elle n'est pas menacée " assure Stéphane Le Foll. "Au-delà du fait qu'il y ait 41 députés (socialistes) qui se sont abstenus, il y a eu une majorité de gauche et même PS. Si elle est juste, elle est même très juste d'ailleurs, le Parti socialiste à lui seul n'a plus que trois voix d'avance. On le sait depuis les partiels." "Donc maintenant, il faut qu'on soit dans l'après. Il y a eu un débat, il y a eu des doutes. Il faut maintenant avancer ". 

Concernant Alstom, Stéphane Le Foll a pris acte de la décision du conseil d'administration du groupe français, et du fait "que la possibilité soit laissée ouverte que d'autres puissent faire d'autres offres. Je pense en particulier à Siemens".

Mais il a rejeté l'idée d'une entrée de l'Etat au capital du groupe comme il l'avait fait il y a une dizaine d'années : "La situation de l'entreprise en 2004, c'était la faillite. C'était la disparition. Ramener de l'argent frais à un moment donné, c'est un choix. Aujourd'hui on n'est pas dans cette situation".

Vous êtes à nouveau en ligne