Sommet social : Martine Aubry dénonce "une opération médiatique pour masquer un bilan dramatique"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invitée de France Info quelques heures après la fin du sommet social, la première secrétaire du PS a qualifié de "mesurettes bien tardives" les mesures annoncées par le président de la République. Et elle a estimé que Benoît Hamon pouvait rester porte-parole du PS, même après avoir contesté François Hollande sur l'éducation.

Martine Aubry débonce des "mesurettes bien tardives " : "Le chômage partiel nous le demandions depuis le début de la crise. Pourquoi ne pas l'avoir fait avant? Et elle estime que* "la
principale mesure c'est celle qui est sous la table, l'augmentation de
la TVA qui va être socialement dramatique et inefficace économiquement"* .

Mais elle réfute les critiques sur les mésententes au sein du PS, et notamment sur l'éducation. Selon Martine Aubry, "le PS est comme un pack derrière notre candidat".

*" Une petite polémique entre deux personne s"*

Benoît Hamon peut-il rester porte-parole du PS  après avoir signé un communiqué s'indignant que la création de 60.000 postes dans l'éducation préconisée par le candidat socialiste se réalise par "redéploiement".

"Mais bien
évidemment, chacun a le droit de s'exprimer" a répondu Martine Aubry qui
ne semble pas s'inquiéter "d'une petite polémique entre deux personnes".